Alfa Romeo Spider, l’incarnation de la dolce vita

De 1966 à 1993, l’Alfa Romeo Spider a incarné l'image du parfait roadster italien. Simple et agréable à conduire, elle est une des voitures de grande série les plus attachantes de sa génération.

Au début des années 60, la berline Alfa Romeo Giulia connait un grand succès commercial. Son moteur 4 cylindres à double arbre à cames se montre performant et s’avère être une excellente base de préparation pour des véhicules sportifs. La direction du constructeur fleure le bon filon et confie l’élaboration d’un cabriolet sur cette base quelque peu raccourcie à Pininfarina. En 1964, alors que la voiture est prête à être commercialisée, Alfa Romeo organise un concours pour trouver le nom du nouveau modèle. Finalement, le choix du constructeur se porte sur le dénomination « Duetto ». En 1966 est donc présenté le Spider 1600 Duetto dont la ligne de démarque par son arrière en forme d’os de seiche. Par la suite une version 1300 est commercialisée, au même titre que la variante plus puissance 1750 Veloce. Très vite, la voiture perd son nom « Duetto » en raison d’une bataille juridique avec une firme italienne qui produit un goûter au chocolat portant le même patronyme !

Début d’une saga

En 1969, Alfa Romeo présente la 2e série du spider qu’il est surnommée « Coda Tronca » en raison de son arrière coupé qui tranche avec le 1er modèle "Coda Longa". Les visières de phares disparaissent et les pare-chocs sont désormais constitués de fines lames en inox. Les mécaniques sont reconduites mais un 2.0 litres remplace le 1750 à partir de 1971. En 1977, le 1300 disparaît définitivement du catalogue et l’injection fait son apparition sur les modèles destinés au marché américain. La troisième génération est lancée en 1983. Dans l’histoire du Spider, elle est celle qui a divisé avec ses appendices en plastique moussé présents autour de la face arrière et ses gros pare-chocs. Baptisée « Aerodynamica » par les alfistes, cette version est disponible avec les moteurs 1.6 et 2.0. Pour la 4e génération, la production quitte les locaux de Pininfarina etintègre la nouvelle usine d’Alfa à San Giorgio Carnavese. Fini la lourdeur de style, la dernière mouture du Spider retrouve la pureté de ses débuts. Elle est produite jusqu’en 1992.

Sensations « vintage »

Rouler en Spider Alfa (quelle que soit sa génération), c’est faire un bond en arrière dans les années. Très peu rigide, la voiture a un comportement très daté qui force plus à la balade tranquille, le coude sur la portière. C’est comme cela, bercé par la sonorité magique du moteur Alfa que la Spider s’apprécie le mieux. Souffrant de la corrosion (sauf la dernière série), elle n’a malheureusement pas reçu les meilleures plastiques lors de son assemblage et ceux-ci vieillissent très mal. Mieux vaut privilégier un exemplaire en bon état car toutes les pièces ne se trouvent pas forcément facilement. En ce qui concerne le budget, on démarre à 10-12.000 euros pour un exemplaire de la 3e génération à plus de 40.000 € pour une « Coda Longa » en parfait état.

 

A propos de l'auteur:

 

Lire plus