Alfa Romeo 8C 2900 B  sn 412024.jpg

La pièce maitresse de cette vente était italienne, plutôt âgée, affichant ses 80 balais (d’essuie glaces) et pourtant tous les regards se dirigeaient vers ses lignes savamment dessinées par Touring en Berlinette. Deuxième exemplaire sur les cinq réalisés sur châssis long, son futur acquéreur a donc déboursé quelques 16.745.600€ taxes comprises, peut être espère-t-il emporter le prochain Concours d’Elégance de Pebble Beach puisque deux autres Alfa Romeo 8C 2900 B ont déjà emporté le Best of Show en 2008 et en 2018.

Pour ma part, le clou de spectacle était aussi italien, avec des origines bien plus nobles puisque le Comte Giovanni Volpi di Misurata en fut l’instigateur. Après avoir fondé son écurie automobile, engageant des Ferrari entre autres, le Comte se lança dans la fabrication artisanale d’automobiles sportives ATS et Serenissima évoquant sa Venise natale. Les trois Serenissima proposées à la vente étaient quand même assez exceptionnelle ; le Serenissima Spyder estimé à 1 million d’euros atteint les 4.218.800 €, sa participation aux 24h du Mans en 1966 a peut être justifié cette enchère, ou probablement sa rareté puisqu’il s’agissait du seul exemplaire restant sur les deux produits.

 

Le prototype Serenissima Agena fit un beau score également avec 441.040€, alors que la Ghia GT le dépassait d’un cheveu avec 452.960€ ; à noter que les trois voitures étaient vendues par le propriétaire et fondateur de la marque en personne…

 

D’autres Supercars ou GT se sont faites plus discrètes n’atteignant pas leur prix de réserves... Plus d’informations sur le résultat des ventes (39 217 856€ quand même) (ICI)

 

© Bruno Dugauquier

 

A propos de l'auteur: