En cette fin d'année 2009, Bugatti s'apprête à fêter son centième anniversaire. Le quinze décembre, cela fera cent ans jour pour jour que le fondateur Ettore Bugatti s'est installé à Molsheim Dorlisheim, en Alsace.

 

01_Ettore_Bugatti.jpgDerrière cette marque prestigieuse se cache un homme d'exception. Ettore Bugatti, de son vrai nom Ettore Arco Isidoro Bugatti, voit le jour le quinze septembre 1881 à Milan, dans une famille d'artistes. Ses gênes le poussent vers une incessante quête du beau. « Rien n'est trop beau, rien n'est trop cher » telle est la devise du patron.

Cet ingénieur inventif s'intéresse dès son plus jeune âge à l'automobile naissante. En 1901, il construit sa première voiture, la Type 2, et décroche une médaille à l'exposition automobile internationale de Milan. Suite à cela, il se fait engager par le baron de Dietrich avec lequel il collabore jusqu'en 1904, date à laquelle il se lie avec Emile Mathis. En 1907, il se brouille avec Mathis et entre dans la fabrique de moteur à gaz Deutz qu'il quitte deux ans plus tard. Mais Ettore Bugatti n'en reste pas là. Dans son sous-sol, il met au point la Type 10. Plus légère que ses devancières, munie d'un petit châssis, d'un quatre cylindres à soupapes en tête et d'une transmission par arbre, elle est le premier pur-sang Bugatti.

Dans la foulée, et avec l'aide d'Augustin de Vizcaya, un banquier espagnol habitant l'Alsace, Ettore Bugatti s'installe fin 1909 à Molsheim dans les locaux d'une ancienne teinturerie. C'est là que s'ouvre, le premier janvier 1910, l'usine où il commence à construire la Type 13, une version améliorée de la Type 10.

 

A cet instant, une légende naît. Les constructions extraordinaires d'Ettore Bugatti, et par la suite de son fils Jean, mêlent exigence artistique, beauté, luxe et performance technique. Cette légende perdure aujourd'hui et repose sur des valeurs intimement liées à la marque. L'élégance, la puissance, l'exclusivité, la qualité et une ligne extraordinaire se rejoignent dans la marque Bugatti. Les automobiles élaborées sont à la synthèse de l'art et de l'esthétisme. Ces véhicules sont également réputés pour leur légèreté, et ce depuis l'ouverture de l'usine en Alsace. Depuis cent ans, la marque Bugatti provoque l'émerveillement des passionnés ainsi qu'une joie intense et sans limite pour les heureux propriétaires.

 

02_bugatti_Type_13_From_Motorlegend.jpgLa Bugatti Type 13 est la première voiture commercialisée. Cette voiture connaît immédiatement un vif succès lors du salon de Paris grâce à des caractéristiques innovantes.  

Il s'agit en fait d'une voiturette, dont la cylindrée se limite à 1327cm³, qui porte déjà la célèbre marque Bugatti symbolisée par ses radiateurs en fer à cheval. Sa boîte de vitesse comporte quatre rapports et son quatre cylindres monobloc à un arbre à cames en tête et deux soupapes par cylindre développe environ quinze chevaux. De plus, son poids plume lui permet d'atteindre les 80km/h.

 

Outre ces spécificités, sa tenue de route exceptionnelle permet à cette voiture de remporter des victoires en compétition dès 1912.  Une Type 13 à seize soupapes pilotée par le pilote maison Ernest Friderich offre la première grande victoire à Bugatti lors de la Coupe des Voiturettes de 1920 disputée au Mans.

03_Ernest_Friderich_with_the_16_valve_Type_13_in_LeMans_1920.jpg

Elle apporte également à Bugatti la renommée internationale suite à la victoire obtenue lors de la Coupe des Voiturettes de Brescia en 1921, parcourure à une moyenne de 115 km/h.

 

Les mythiques Bugatti remportent près de 10.000 victoires

 

Ce sont, avant tout, les courses automobiles qui forgent l'image Bugatti. Depuis les glorieuses années vingt jusqu'à la seconde guerre mondiale, les modèles conçus à l'usine de Molsheim écrivent l'Histoire de la marque et remportent près de dix mille victoires, avec notamment la presque imbattable Type 35.

 

04_Type_35_Proto.jpgC'est en 1924 que débute la carrière de la Type 35, incontestablement la plus brillante voiture de course de Bugatti. La plus mythique aussi. Archétype de la voiture de Grand Prix des années vingt, elle fonde, avec ses dérivées, la légende de Molsheim. Au volant de cette voiture, pilotes d'usine et privés vont de victoire en victoire et gagnent près de deux mille courses. Cela fait de Bugatti le constructeur le plus couronné d'avant guerre. La 35 gagne notamment à Targa Florio cinq année d'affilées (1925-1929) en monopolisant le podium à quatre reprises. Elle remporte également le premier Grand-Prix disputé à Monaco en 1929.

 

05_bugatti_Type_35_From_Motorlegend.jpgLors de son apparition, elle fait sensation par la finesse et l'élégance de son dessin. Sa ligne sublime et ses célèbres roues en aluminium coulé incluant le tambour de frein attirent tous les regards. Le châssis et la carrosserie sont tout nouveaux. A l'inverse, le moteur dérive de la Type 30, avec une modification majeure : le huit cylindres atmosphérique de deux litres à simple arbre à cames en tête et trois soupapes par cylindre jouit d'un nouveau vilebrequin démontable à cinq paliers. De plus, l'embiellage (bielles monobloc) est monté sur roulements à billes et rouleaux. Cette technique permet de dépasser les 6000 tr/mn, un niveau considérable à l'époque. La puissance atteint 110 chevaux.

 

La Royale, une légende inégalée

Certes la compétition est importante, mais le prestige n'est pas en reste. Ettore Bugatti rêve de construire la voiture la plus extraordinaire de tous les temps. En 1926, il lance la Type 41, mieux connue sous le nom de la Royale. Cette voiture est destinée à devenir une voiture d'Etat. Seulement six authentiques Royales sont produites. Avec ses huit cylindres de 12,7 litres, ses 12.763cm³, ses 300 chevaux, ses roues de un mètre de diamètre, son empattement de 4,57 mètres, ses trois tonnes pour l'ensemble, la démesure est atteinte. Toutefois, cette débauche de luxe est un échec commercial. Malgré tout, la Royale n'en constitue pas moins une voiture de légende inégalée.

 

06_T41_Royale_Jean_bugatti.jpg

 

Ettore Bugatti construit également la Type 43. Cette voiture permet d'emmener ses quatre passagers à une vitesse de 170 km/h.

 

07_Type_43.jpg

 

 

08_Type_46.jpgLa dernière voiture d'Ettore Bugatti est la Type 46 qu'il conçoit en 1929. Elle est baptisée « petite royale » en raison de son luxe, de son silence et de ses roues en alliage coulé proches de celles de son aînée. Mue d'un huit cylindres en ligne de 5,3 litres, d'une cylindrée de 5.359cm³, elle développe une puissance de 140 chevaux à 3500 tr/min. Elle est produite à 450 exemplaires jusqu'en 1936.

 

 

L'héritier talentueux

 

09_Jean_Bugatti.jpgEn 1936, Jean Bugatti, le troisième enfant d'Ettore né en 1909, prend le contrôle de l'entreprise familiale.  Tout comme son père, il est doté d'un immense talent. Il participe déjà depuis quelques années à l'élaboration des modèles Bugatti. Il prend en charge la direction de la production automobile avec pour maîtres mots une amélioration de la fiabilité, une réduction des coûts et l'aérodynamisme des modèles. Il est l'auteur des magnifiques Type 50, Type 55 et Type 57.

 

 

 

10_Type_57_Gangloff_2_Serie.jpgRéalisée en grande partie par Jean Bugatti, la Type 57 est la Bugatti de tourisme par excellence. Ses qualités dynamiques et son huit cylindres en font, dans sa catégorie, une voiture sans concurrence sur les routes de France. Présentée au salon de Paris de 1933, elle doit beaucoup à Jean qui, malgré les réticences de son père, réussi à faire passer nombre de ses idées.

 

Le moteur est un moderne huit cylindres à deux arbres à cames en tête entraînés par pignons et chambres de combustion hémisphériques. Le bloc-moteur en fonte est coulé d'une seule pièce (pas de culasse détachable) et le vilebrequin tourne sur six paliers. Ce 3,3 litres développe 140 chevaux à 5000 tr/mn, faisant de la Type 57 la routière la plus rapide de sa génération. La boîte de vitesses à quatre rapports n'est plus séparée comme sur les modèles précédents, mais fixée au moteur.

Cette voiture est un grand succès commercial. Sur base de ce modèle, la marque propose la Ventoux, une deux portes à quatre places l'Atalante, un coupé deux places et une berline sans montant central baptisée Galibier.

La Bugatti Type 57 connaît de nombreuses évolutions, notamment en 1938 où elle reçoit des freins hydrauliques suite à l'insistance de Jean Bugatti.

A partir du salon de 1936, le Type 57 C voit sa puissance passer à 160 chevaux à 5000 tr/mn, ce qui lui permet d'atteindre 170 km/h. Outre le surcroît de puissance, le compresseur apporte plus de souplesse et un agrément de conduite encore amélioré.

 

11_Type_57_Galibier_3_Serie.jpg

Robert Benoist prouve les possibilités de la voiture en mai 1939 sur l'anneau de Montlhéry. Au volant d'une Galibier, il parcourt 182,6 kilomètres en une heure, avec un tour bouclé à du 195 km/h de moyenne. Une performance impressionnante pour une berline d'avant guerre.

 

 La version de compétition, la Type 57 G permet à Bugatti de remporter son deuxième succès aux 24 Heures du Mans, en 1939, deux ans après le premier titre conquis au volant d'une Type 51. Ce tank 57, surnom provenant de sa carrosserie en forme d'aile d'avion, est piloté par Jean-Pierre Wimille et Pierre Veyron. Il s'agit du dernier titre de gloire de la marque.

 

Tragédie, décès et guerre entraînent le déclin

 

En effet, quelques semaines plus tard, en août 1939, Jean Bugatti décède tragiquement au cours de l'essai routier du tank 57 victorieux du Mans. Dans la foulée, la seconde guerre mondiale éclate et l'usine de Molsheim est réquisitionnée par les nazis.

 

A la fin de la guerre, Ettore Bugatti ne parviendra pas à relancer la production de ses voitures. 12_Type_101_Coupe.jpgIl décède le vingt et un août 1947 et emporte avec lui les années glorieuses de la marque. Il laisse les commandes de l'entreprise à son fils Roland et à l'ancien pilote Pierre Marco. Les finances manquent et les deux hommes connaissent des difficultés. En 1960, ils présentent la Type 101 destinée à sauver la marque. Cette voiture archaïque, construite sur un châssis de la Type 57 et sans roues indépendantes, ne sera produite qu'à quelques exemplaires. En 1963 le groupe Hispano-Suiza absorbe la marque Bugatti et le site de Molsheim est converti à l'aéronautique. De 1910 à 1963, environ huit mille Bugatti auront quitté l'usine alsacienne.

 

La renaissance du mythe

 

La production automobile est abandonnée jusqu'en 1987, date à laquelle Romano Artioli rachète la licence. En 1991, il présente la Bugatti EB 110 en l'honneur du cent dixième anniversaire de la naissance d'Ettore. Produite à une centaine d'exemplaires seulement, sa démesure respecte la tradition Bugatti. Elle mêle cuir et carbone et allie luxe et performance. Equipée d'un V12 quadri turbo développant 560 chevaux - 600 chevaux après une cure d'amaigrissement de 200 kg - et d'une transmission intégrale, elle est tout simplement la voiture la plus rapide de l'époque.

Mais cette construction est onéreuse et l'entreprise fait faillite en 1996.

 

Le groupe Volkswagen AG ressuscite Bugatti en 1998 en acquérant les droits de la marque. Le groupe allemand fait construire une nouvelle usine à Molsheim et crée la société Bugatti Automobile S.A.S, filiale de Volkswagen France. L'objectif est de faire revivre la glorieuse marque. Dès 1998, Volkswagen AG expose au salon de Paris la Bugatti EB 118, un coupé deux portes de 555 chevaux.

 

Le Concept Car Bugatti Veyron est présenté pour la première fois à l'occasion du Tokyo Motor Show. Fidèle à la devise de son créateur, ce nouveau modèle accumule les superlatifs. En 2001, commence la production en série de cette voiture de sport hors catégorie. En 2005, débute le montage de la première voiture, officiellement baptisée Bugatti Veyron 16.4.  Elle atteint 407 km/h et est à nouveau la voiture de série la plus rapide du monde.

 

13_Veyron_16_4.jpg

La Veyron est équipée d'un moteur 16 cylindres 64 soupapes, de 7.993cm³ de cylindrée, alimenté par quatre turbocompresseurs, qui développe une puissance de 1001 chevaux à 6000 tr/min. Le passage de 0 à 100 km/h se fait en 2,5 secondes, de 0 à 200 km/h en 7,3 secondes, et de 0 à 300 km/h en 16,7 secondes. La transmission fait appel à une boîte DSG à sept rapports disposée longitudinalement devant le moteur central.

La carrosserie, en deux tons, de la voiture est longue de 4,47 mètres, large de 1,99 mètres et haute de 1,21 mètre. La traditionnelle calandre, sur laquelle trône l'emblème de la marque, donne une noblesse unique à l'automobile. Les gros phares avant sont en parfaite harmonie avec le radiateur. Ils forment un ensemble compact qui donne à la calandre une ligne sportive exemplaire. L'habitacle est tendu de cuir précieux.

 

La Veyron représente à n'en point douter l'esthétisme de la super voiture de sport. Avec elle, l'esprit d'Ettore Bugatti perdure et l'histoire revit.

 

© Article réalisé par Nicolas Delaye
© Photos bugatti.com & motorlegend.com