1493032749.3671.jpg

En s’appuyant sur un plateau de 150 équipages, la 16e édition de l’ING Ardenne Roads ne pouvait que rencontrer à nouveau un succès amplement mérité. A l’issue des 550 kilomètres parcourus, c’est la très virile AC Cobra de Jacques et Mathieu Castelein qui s’impose. Un équipage père et fils loin d’être inconnu auprès des organisateurs puisqu’il avait déjà terminé sur le podium de l’épreuve. 

Un organisateur aux anges

« Le succès de l’épreuve ne se dément pas et nous avons encore connu une belle édition », nous confiait Jean-François Devillers, le managing director de Trajectoire, peu après l’arrivée à Spa. « Cette année, nous avons encore accentué l’utilisation du Tripy, un système GPS qui a fait ses preuves au Dakar mais aussi au Monte-Carlo historique, pour affirmer le caractère sportif du rallye et mieux contrôler la vitesse des concurrents au bénéfice de la sécurité. Ensuite, ce qui me fait particulièrement plaisir, c’est de voir le nombre d’équipages constitués de papas et de leurs enfants. On en comptait une grosse dizaine au départ et ils étaient trois dans le top 5 final ! Cela ne peut qu’encourager l’organisateur que je suis à persévérer en voyant l’intérêt suscité auprès des jeunes qui ne rêvaient pas spécialement des mêmes autos que leurs pères quand ils étaient enfants. Cela assure aussi, d’une certaine manière, un compagnonnage auprès de ces débutants qui pourront plus tard venir s’amuser à leur tour au volant de ces ancêtres, qui sont tellement plus beaux en action qu’à l’abri dans des garages ! »  

Toujours des lieux inédits

Jamais avare en nouveautés, c’est par un concert live, vendredi soir, à l’issue des vérifications techniques et administratives que débute l’ING Ardenne Roads. Mais les candidats à la victoire n’ont pas attendu la fin de la soirée pour prendre un peu de repos avant la longue journée de samedi. Le programme concocté par Robert Rorife était une nouvelle fois somptueux et commençait par la montée du Maquisard en quittant Spa avant de traverser, entre autres, les jolis villages d’Odeigne, de Roy ou encore de Belvaux sans oublier le passage près du superbe château de Vêves. Mais c’est au Prieuré de Godinne, un lieu exceptionnel, que les équipages ont rendez-vous pour la pause déjeuner. Avant de reprendre la route vers les Fonds de Leffe, le village des Basses sans oublier la descente de la course de côte du Néblon.

A l’issue de cette solide première journée disputée sur 340km, le classement était dominé par la Porsche 356B de Thomas Desmarets, l’administrateur délégué du Porsche Centre Liège, partenaire du rallye. Ce dernier devançait alors Jacques Castelein et son AC Cobra 289 tandis que Joris Kegels plaçait sa Triumph TR4 A sur la dernière marche du podium provisoire. Dans la catégorie des Pre-war, Peter Absillis et son Alvis de 1934 occupaient bien la tête. En fin de journée, c’est au casino de Spa que les participants se retrouvaient pour la traditionnelle et incontournable soirée organisée par ING Private Banking.

Un dimanche dynamique

Dimanche matin, il faisait froid mais sec lorsque les participants repartaient en direction des Cantons de l’Est pour la suite des réjouissances. Sachant allier comme toujours joies du pilotage et plaisirs de la table, l’organisateur proposait de déjeuner dans le superbe château de Froidcour, à Stoumont, avant de terminer l’épreuve et ses dix tronçons de régularité. A l’arrivée, c’est Jacques et Mathieu Castelein qui l’emportaient au volant de la plantureuse AC Cobra 289 de 1964. Le père et le fils remportaient également le Challenge réservé aux équipages familiaux.

Laissons d’ailleurs la parole au vainqueur, Jacques Castelein: « L’ING Ardenne Roads reste l’un des plus beaux rallyes de régularité de Belgique et c’est une grande fierté pour mon fils et moi de le remporter. C’était notre troisième participation ensemble et même si nous connaissons la musique, cela reste toujours un exercice difficile en termes de moyenne à respecter parce que le parcours se veut particulièrement varié. Sinon, la Cobra s’est montrée à la hauteur, il faut dire qu’elle est bien entretenue. Quant à savoir si mon fils prendra le volant un jour, je n’en ai pas le moindre doute mais comme il excelle en tant que copilote, j’espère que ce sera le plus tard possible ! »  

En Post-war, c’est le duo Closjans-Vandevorst qui l’emportait à bord de la Porsche 356 du premier nommé tandis que Peter Absillis (Alvis Firefly) confirmait sa belle première journée en remportant la catégorie Pre-war. Et le premier équipage mixte ? Il est constitué de Benoît de Cleene et Joëlle Bragard (Porsche 356B cabriolet) tandis que les premières dames sont Trui Vanhaelemeesch et Sophie Ghesquière (Alfa Romeo Giulia 1600).