Range Rover, l'aristocrate en bottes

Chic, confortable et passe-partout, le Range Rover est devenu une icône en plus de cinquante ans de carrière. Retour sur sa première génération, celle par laquelle le mythe est né.

Depuis la fin des années 40, Land Rover produit un véhicule tout-terrain pur et dur, presque agricole. Cependant, dès le début des années 50, la marque réfléchit à une version plus polyvalente de son modèle. Appelés Road Rover, deux prototypes sont construits mais le projet reste sans suite, car le constructeur a d’autres priorités. Au milieu des années 60, British Leyland relance l’idée car certains marchés comme les Etats-Unis sont demandeurs de ce genre de véhicules. Land Rover décide alors de faire table rase sur le passé et de concevoir un véhicule entièrement neuf. Le cahier des charges prévoit que celui-ci doit avoir les aptitudes d’un tout-terrain et le confort d’une berline Rover. C’est pour cela qu’il reçoit une suspension à ressorts hélicoïdaux à la place des lames de ressorts qui équipent habituellement les 4x4. Des prototypes baptisés Velar commencent à arpenter les routes européennes ; ceux-ci sont très proches de la version de production qui est finalement lancée en 1970.

V8 sous le capot

Disponible au départ uniquement en version 3 portes, le Range Rover n’est pas encore le véhicule luxueux qu’il est devenu aujourd’hui : son intérieur tout en vinyle est prévu pour être nettoyé au jet d’eau ! Pour le motoriser, un seul choix : le V8 Rover de 3,5 litres de cylindrée. Fort de 156 ch, il est associé à une transmission manuelle. Le Range Rover a la particularité d’être un des seuls véhicules 4x4 permanents sur le marché à l’époque. Unique en son genre, il devient la coqueluche d’une clientèle aisée qui apprécie particulièrement sa polyvalence. Ce n’est qu’en 1981 qui est décliné en version 5 portes, tandis que la boîte automatique arrive l’année suivante. Réputé gourmand avec son unique motorisation essence, il reçoit un bloc diesel fourni par le motoriste italien VM en 1986. Trois ans plus tard, il est équipé de l’ABS, une première sur un tout-terrain. Devenu de plus en plus luxueux au fil des années, il s’enrichit d’une suspension pneumatique pilotée en 1992 pour devenir aussi confortable que les meilleures berlines statutaires du marché. Il est également disponible en version à empattement long, histoire de soigner encore plus ses passagers. Il est produit jusqu’en 1996 où il s'efface pour céder la place à la seconde génération.

Statut unique

Utilisé aussi bien par la reine d’Angleterre pour ses déplacements que par les chasseurs pour se rendre en forêt, le Range s’est également illustré en compétition, au Dakar qu’il a remporté en 1979 et en 1981. Grand succès commercial, il demeure dans l’inconscient collectif comme une référence grâce à son confort et son charme britannique à nul autre pareil. Petit à petit, il a également acquis ses lettres sur le marché de la collection où les exemplaires d’origine et en parfait état sont très recherchés. Les premières versions 3 portes et les dernières avec le moteur V8 sont particulièrement convoitées et leurs prix peuvent rapidement s’envoler. Si on trouve des Range Rover « Classic » à des budgets très intéressants, sachez que ces véhicules demandent un entretien rigoureux et que la moindre restauration peut très vite coûter très cher. Si vous désirez un véhicule en bon état, capable de rouler n’importe quelle distance, n’espérez pas dépenser moins de 15.000 €. Selon la version, cette mise de départ peut rapidement s’envoler pour dépasser les 30.000 €.

 

A propos de l'auteur: