Après ma participation de l’année passé j’ai décidé de revenir à ce rallye, mais cette fois en y amenant deux voitures de la Breitt-Gallery. En plus de mon habituelle Porsche 911 SC de 1977, nous avons amené une Mini Cooper S de 1968 entièrement montée dans nos ateliers. Le challenge était que la mini soit prête à temps, ce qui ne fut pas une mince affaire. J’ai organisé une journée test 3 semaines avant le départ sur une piste de maitrise automobile. Olivier et son ami Eric découvrent la voiture et ce sera leur premier « vrai » rallye. Le Romania est un rallye historique de vitesse organisé par Paul Lacombe, un français en Transylvanie, dans les superbes forêts roumaines. Le centre du rallye se trouve à Covasna située à environ 3h30 de Bucarest en voiture. La localité thermale à toute l’infrastructure hôtelière avec 2-3 hôtels de bon niveau, situés côte à côte. Nous arrivons sur place le mercredi soir, le jeudi étant réservé aux reconnaissances avec les voitures de location, un Duster pour notre part. Il y a beaucoup plus de neige que l’année passée et déjà autour de l’hôtel tout est blanc, cela promet à Kommando, sur le plateau à 1000 mètres d’altitude qui est l’épicentre de la plupart des spéciales. Les routes forestières privées utilisées sont en terre, mais en bon état. Les spéciales sont superbes, du rapide, du technique, des montées, des descentes , le tout dans un décors cette année féérique, tous les grands arbres sont blancs et il neige. Lors des reconnaissances avec mon copilote Pierre Sibille, il s’agit surtout de confirmer les très bonnes notes virage par virage rédigées par Maxime Wilmot et fournies par l’organisation. Nous avons la chance à la sortie d’un virage de tomber sur un ours sauvage qui court devant la voiture pendant 100 mètres à bien 30 km/h , impressionnant. C’est la région européenne ou les ours sont les plus nombreux.

Le Romania est un rallye historique de vitesse organisé par Paul Lacombe, un français en Transylvanie, dans les superbes forets roumaines. Le centre du rallye se trouve à Covasna située à environ 3h30 de Bucarest en voiture. La localité thermale à toute l’infrastructure hôtelière avec 2-3 hôtels de bon niveau, situés côte à côte.

Nous arrivons sur place le mercredi soir, le jeudi étant réservé aux reconnaissances avec les voitures de location, un Duster pour notre part. Il y a beaucoup plus de neige que l’année passée et déjà autour de l’hôtel tout est blanc, cela promet à Kommando, sur le plateau à 1000 mètres d’altitude qui est l’épicentre de la plupart des spéciales. Les routes forestières privées utilisées sont enterre, mais en bon état. Les spéciales sont superbes, du rapide, du technique, des montées, des descentes , le tout dans un décors cette année féérique, tousles grands arbres sont blancs et il neige. Lors des reconnaissances avec mon copilote Pierre Sibille, il s’agit surtout de confirmer les très bonnes notes virage par virage rédigées par Maxime Wilmot et fournies par l’organisation. Nous avons la chance à la sortie d’un virage de tomber sur un ours sauvage qui court devant la voiture pendant 100 mètres à bien 30 km/h , impressionnant. C’est la région européenne ou les ours sont les plus nombreux.

Vendredi matin un Shake down est organisé avec les voitures de rallyes, mais la route insuffisamment dégagée est quasi impraticable, nous verrons une Escort tomber droit dans le fossé devant nous, pourtant à faible vitesse, cela promet. Ma Porsche 911SC tourne parfaitement, mais on s’embourbe dans la neige molle de l’accotement en croisant des voitures allant vers le Shake down. Pierre sort la pelle, ce sera heureusement la seule fois. La Mini nous fait une frayeur, le témoin de pression d’huile s’allume après quelques kilomètres, fausse alerte c’est une cosse détachée. En fin d’après-midi deux spéciales de 15 kms au programme aller puis le retour de nuit. De nuit sous la neige c’est magique, la route forestière se découpe mieux que de jour à la lueur des phares, le pied intégral. Un chasse neige est passé plus tôt, mais le terrain est piégeux à souhait, la neige est une fois damée, une fois molle et au deuxième passage il y a des ornières creusées dont il ne faut pas sortir sous peine de sortie. Une roue avant dans la molle à l’extérieur de la trajectoire et c’est le mur de neige assuré, pas de dégâts aux voitures, mais pour en sortir… De nombreux concurrents en feront déjà les frais, dont Jean-Michel Martin et Ghislain de Mevius. Je fais mon possible pour rester sur la route, nos clous sont bien moins saillants que beaucoup d’autres, ce qui m’handicape dans les ornières de glace. Mais les notes pros bien annoncées par Pierre, m’aident à adopter un bon rythme. Nous roulons pour la première fois ensemble, mais la confiance s’est très vite établie. Au terme de la 1ère journée, nous sommes quinzièmes au général sur une petite quarantaine de concurrents, et satisfait d’être resté sur la route.

Le samedi commence par une spéciale de 9 kms sur la route fermée pour l’occasion, qui mène de Covasna à Commando une ascension de près de 500metres. C’est lent en bas, rapide en haut, mais cela passe bien pour nous. Après une petite assistance, nous voilà parti pour deux longues boucles de 80 kms avec des spéciales de plus de 20 kms. Le tout au milieu des bois sans voir quasi âme qui vive à part quelques cabanes bucherons perdues au milieu de la forêt. Des spéciales aussi longues demandent une concentration maximum sur ce terrain à l’adhérence changeant constamment, mais quel pied. Aucun endroit en Europe n’offre un terrain de jeux aussi fabuleux, les spéciales sont magnifiques, tous les concurrents sont bluffés même les habitués de grand rallyes africains et autres. La sécurité est assurée par l’automobile club Roumain avec de gros 4X4 chainés qui sauverons de nombreux concurrents plantés dans la haute neige. Au terme de la longue deuxième journée, nous sommes 9ème au général, inespéré avec nos petits clous. La dernière journée nous décidons de garder le même rythme rapide, en gardant une certaine marge pour éviter la sortie de route de ce rallye par élimination. Seule alerte, le klaxon de la Porsche se met à retentir de façon intempestive au départ d’une spéciale, ce sera la seule panne. Dans l’avant dernière spéciale dans une portion très rapide entre les arbres, la Porsche ce met brusquement en travers sans prévenir, grosse chaleur pour la rattraper mais cela à réussi, je ne sais toujours pas comment J’ai fait,ouf.. Au final nous sommes remontés par deux concurrents mieux équipés dont les sorties de route n’on couté qu’un temps forfaitaire, insuffisant, de 5 minutes nous terminons donc ce rallye à une belle 11 ème place au général, mais à la troisième place au classement petits clous, justes précédés par une Audi 80 Quattro et une AX 4X4 ex trophée Andros, on peut être satisfait. Quant à la Mini elle à terminé presque sans encombre son premier rallye, difficile avec un moteur trop pointu et des pneus insuffisamment cloutés. L’efficace assistance de l’équipe de Jean-Louis Meynart est venu en aide pour solutionner des problèmes de jeunesse Mais les pilotes se sont éclatés et prêts à rééditer l’expérience. Objectif pleinement atteint pour la Breitt-Gallery. Ce rallye à l’ambiance hyper sympa mérite d’être connu et a le potentiel pour faire partie des tous grands rallyes historiques.

Sportivement Patrick Malherbe

https://www.breitt-gallery.com

 

A propos de l'auteur: