transemirates2009

Affiche Transemirates 2009

29 janvier 2009

Grosse panique pour le départ de Roissy, les syndicats ont décidés de bloquer la France. Heureusement tout c'est bien passé, nos contrôleurs attendaient les participants à l'embarquement pour la remise des derniers road book et de la chemise officiel de la « TOTAL  TRANSEMIRATES  »

Dès l'atterrissage à Dubaï via un détour par Muscat pour certains, nous entrons dans un autre monde …. 

30 janvier

Après la distribution des chambres au « Radisson Creek hôtel  » les concurrents prennent la direction du port de Jebel Ali pour récupérer les voitures stockées chez Schenker.

Les deux mécanos  TTP Patrick Sajot et Jean-Paul Picot , aidés par l'équipage de la R12 break d'assistance course Dodo et Jean-Paul Perrin commencent la tournée de remise en route des autos. Batteries et pneus à plat, pas d'essence …. Etc

Bref tout le monde reprend la route de l'hôtel à part la Jaguar E  V12 de Pierre LE GUIL dont les ventilateurs refusent catégoriquement de fonctionner !!.

Pendant ce temps là les « Raiders » remplissent les papiers de location des Hummer et autres Chevrolet 4x4

L'exposition des voitures sur la Creek attira beaucoup de monde surpris par ces drôles de voitures.

Dîner à bord d'un authentique Dhow sur le bras de mer traversant Dubaï et premier incident, le cuir chevelu de Jean-Louis BOVIS n'a pas résisté à la sortie du bateau ( il faut avouer que la porte était basse !!! ). 

 

carte transemirates

 

31 janvier  Etape 1

A 9 heures pétantes, les concurrents partent pour la réception à l'Automobile Club de Dubaï, suivi de la visite du très beau musée de voitures du Sheik Mohammed Ben Sulayen .

Les choses sérieuses commencent  à  10 heures pour la première voiture. Départ donné par Sheik Mohommed Ben Sulayem , président de l'Automobile Club de Dubai et 14 fois vainqueur du Desrt Challenge  par un  départ  type championnat du monde des Rallyes sur le Portique de l'Automobile Club des Emirats.

Grandioses, des autoroutes dans tous les sens, des immeubles haut comme des montagnes, des grues, des camions, des gros 4x4, du monde. Bref tout les ingrédients pour se perdre malgré un bon road book. ( il paraît que même les GPS n'arrivent pas à suivre la vitesse de  construction des routes ).

Bilan, 9 voitures passent à l'épreuve de régularité sur les 42 engagées et arrivent  dans les temps à l'arrivée de l'hôtel «  Al Hamra  »  

L'Austin-Healey de Ruffet ecope d'une crevaison , la Morgan  de Pierre Henri Mahul  à chauffée et la De Tomaso

de Barberot  est rentrée sur un camion.       Histoire de donner un peu  de travail aux mécaniciens  Patrick et Polo.

Après midi plage, golf et balade dans le cadre de l'ancien  palais d'apparat de l'Emir de Ras Al Khaimah.

Diner au très chic Club house du Golf, accompagné d'un Trio musical féminin qui a beaucoup plu à certains. 

1er février   Etape 2

l'étape nous mènent ce matin vers le détroit d'Ormuz , au Sultanat d'OMAN. Beaucoup de négociations au passage

de la frontière ou Jean-Claude et Ina Miloé sont refoulés  pour cause d'un tampon manquant sur leur  passeport

Une route magnifique longe le golf Arabique pour rejoindre le village de Khasab ou le Rallye est attendu par

toute la population du village , le gouverneur de la Province et la Ministre du Tourisme en personne.

A noté que l'équipage MAHUL sur la Morgan à rejoint Khasab  dans l'après midi après avoir travaillé une partie de la nuit à réparer la pompe à eau récalcitrante de sa voiture. Un speed boat leur a permis de nous rejoindre au cours de la croisière dans les fjords Omanais.

Pour clore la journée, une très belle réception fut donnée à l'intérieur du vieux fort Portugais ou les femmes en habit traditionnel et burka de cuir sur le visage nous accueillent pour le diner.

Le Maire de Khasab remit aux 3 premiers de l'étape ainsi qu'à Jean Pierre un cadeau et à tous les hommes une Chicha,  coiffe traditionnelle pour les hommes et un masque en cuir pour les femmes.  

 

PLAQUE LOGO

 

2 février  Etape 3

Tout le monde au départ, après un peu de mécanique sur la Mercedes 190 SL   de Alexandre Armandet.

Nous reprenons dans l'autre sens la magnifique route que nous avons emprunté hier et la même régularité mais à l'envers . Stop, épreuve de régularité. Quelle vitesse vous choisissez  50,6 kms/h ou 72,8   ??  ----  5.4.3.2.1 partez Passage à la frontière avec toujours de l'attente.

puis direction Al Fujeirah sur les bords de la mer d'Oman à travers la chaîne de montagnes.

Impossible de manquer l'hôtel « Le Méridien  Al Aqah » planté seul sur une plage encore déserte pour l'instant.

Dîner spectacle sur les pelouses de l'hôtel suivi du « dernier verre » dans le bar panoramique pour les noctambules. 
 

3 février  Etape 4

L'étape de ce jour est longue de  280 kilomètres et va  nous mener jusqu à Al Ain en plein désert.

Après la traversée de la montagne à travers des paysages grandioses et son grand tunnel, nous arrivons sur un immense plateau désertique. Le décor est superbe, l'autoroute bordé d'arbres en plein désert nous mène vers Al Ain ou nous attend une autre surprise, une route digne d'une course de côte type Pikes Peak  grimpe dans la montagne et s'élève jusqu à 1500 mètres, endroit idéal pour une course de cote en régularité !!!. Le temps est toujours beau mais la fraîcheur de la montagne nous oblige le soir de dîner à l'intérieur de l'hôtel « Mercure  »

La traversée du désert fut fatale pour le moteur de la Chevrolet 1930 de Patrick et Daniélle Vignapiano et de l'embrayage de l'AC Cobra des Guerne 

4 février  Etape  5

Que de camions, la trucks road porte bien son nom et nous mène jusqu'à Abu Dhabi  ou nous reprenons contact avec des autoroutes, des grattes ciels, de la circulation, des grues et des chantiers. Petit passage devant l'Emirates Palace Hôtel  puis perdition pour beaucoup d'équipage dans les bouchons du centre ville.

L'appel du désert est trop grande, la route toute droite balayée par un vent de sable nous conduit au « Bal Al Shams Resort » un lieu magique au milieu des dunes ou l'ont n'a pas envie de repartir.

La Mercedes de Alexandre Armandet retrouve l'hôtel en remorque, moteur qui cogne comme la Porsche 356 de Christian Lalarderie.( les longues lignes droites de 40 km dans le désert à vitesse soutenue, ne sont pas favorables aux moteurs anciens)

Pour clore la soirée, les chameaux, les chevaux, les chèvres, les moutons, les faucons et tous les acteurs dans ce décor naturel que sont les dunes de sable nous ont offert un spectacle de haute qualité pendant le dîner. 

5 février  Etape  6

Porsche World  Roadshow obligeant, le départ vers l'autodrome de Dubaï est à 8 heures. Après avoir traversée des chantiers énormes nous arrivons sur un circuit  à la hauteur du pays ou  Magny Cours nous fait penser à une piste de karting. Grâce à l'intervention  de Robert Wagner , ancien président de Sonauto , Porsche Allemagne nous a autorisé à emprunter le fameux Circuit de Dubai !!   et nous voilà reparti vers « the PALM », l île artificielle en forme de palmier gagnée sur la mer , avec arrêt obligatoire devant  l'hôtel « Atlantis  » et ses 1500 chambres.

Déjeuner les pieds dans l'eau au « Jumeirah beach hotel  » avec l'hôtel « Burg Al Arab  » en  toile de fond.

La TR4  de l'équipage Boucard  présente des épisodes de chauffe pour cause de pompe à eau cassée.

Départ mouvementé du parking pour la Cadillac 1930 qui veut absolument embrasser un palmier, avec à son volant la rédactrice de la chaîne de télévision Dubai TV.  Heureusement plus de peur que de mal.  Puis nous rejoignons Dubaï et l'hôtel « Hyatt Regency » après une visite très intéressante en cours de route de la mosquée de Jumeirah .Dîner de clôture avec annonce des résultats et remise des prix dans les jardin du Hyatt,  éclairés par des centaines d'ampoules au dessus de nos têtes, en forme de chapiteau .

6 Février

Et oui, il faut bien se faire une raison, c'est fini, les voitures retournent au port, les Hummeristes et autres Chevrolistes  rendent les clés et tout le monde se retrouve à pied.

Petit déjeuner au 24ème étage du Hyatt dans un surprenant restaurant tournant, la vue sur le grand chantier de la future palme de Deira est saisissante.

Visite des souks, du vieux port, des tours infernales de la piste de ski sans oublier les grands magasins et les bijoutiers sont les occupations des participants à la « Transemirates »avant le Duty Free de l'aéroport. 

Le réveil est dur à  Roissy et la découverte des petites tours, des petites autoroutes nous ramènent à la réalité de notre beau pays sous la neige et le froid. 

Un grand merci à Jean Pierre, Marie Joelle et toute l'équipe de TTP pour avoir eu l'audace de monter un projet aussi fou. 

© Récit écrit par Christine Parageau & photos de l'organisateur et des participants

http://www.ttp-org.fr/