Techno Classica Essen 2017_74.jpg

Retour sur cet événement incontournable de ce début Avril qu’est le Salon Techno Classica de Essen et ce pour la 29ème édition déjà. La surface occupée par les marchands spécialisés, le nombre de clubs présents ou le nombre impressionnant de véhicules proposés à la vente, 2500 environ, en fait un des plus grands salons d’Europe.

Bien que cette année semble avoir été moins fréquentée que les années précédentes, probablement dû aux vacances de Pâques, une douzaine de halls d’exposition ainsi que trois parkings extérieurs ont accueilli plus de 180.000 visiteurs sur les cinq jours du salon. Par contre au niveau des ventes, il semble qu’un tassement s’opère ; les prix auraient même tendance à diminuer pour certaines marques de prestige…les spéculateurs auraient-ils enfin changé de secteur au profit des véritables passionnés ? On n’en est pas encore là, malheureusement.

 

Le thème central du Hall 6 était consacré aux ‘Golden Fifties’ avec une Maserati 250 F, Lotus 18, Mercedes-Benz W196 R, Ferrari Dino 246 F1 et 225 S Barchetta ou la Cooper T45 Climax. En cette année du 70ème anniversaire de Ferrari, on aurait pu s’attendre à un hommage à la marque italienne…

Coté constructeurs, le groupe Volkswagen occupe traditionnellement le Hall 7, un hall presque monopolisé par Porsche qui occupait un petit tiers de l’espace avec un hommage aux différents partenaires (concessionnaires) du pays mais aussi d’Europe. De nombreux modèles 911 y étaient exposés ainsi que 928 lancé en 1977.

Audi avait laissé la place cette année à NSU, Skoda y exposait quelques modèles ‘Streamliner’, Volkswagen était plutôt discret alors que Bentley et Bugatti exposaient des modèles récents à peine sortis des chaines de montage. Autostadt, le musée automobile du Groupe VW, avait sorti quelques exemplaires dont une rare Bugatti Type 15 carrossée en Fiacre.

Le groupe BMW/Mini mettait l’accent sur la série 7 depuis ses origines ainsi que sur la compétition avec quelques M1, 320i Gr5, ainsi que la gamme ‘Motorsport’, Rolls Royce était mis à contribution pour annoncer le Concours d’Elégance de la Villa d’Este avec une Silver Wraith carrossée par Freestone & Webb.

Mercedes-Benz n’a pas vraiment marqué les esprits cette année. La 540 K streamliner (reconstruction) y était visible pour la deuxième fois en trois ans, seule la 300 SLR coupé ‘Ulenhaut’ allait marquer mon intérêt.

Le groupe Fiat est maintenant dénommé FCA, pour Fiat/Chrysler Automobile. Le FCA Heritage y exposait une Alfa Roméo 8C 2300 MM, LanciaD24, ou Fiat 750 Abarth ; Ferrari étant représenté par la Concession Eberlein de Kassel.

Coté marchands, ce sont les plus connus qui attirent encore et toujours les foules. Lukas Hüni AG, Thiessen, J.B. Luhn, ou Saturski et son stock impressionnant de Ferrari et supercars. Un acteur belge ‘Oldtimerfarm’ avait annoncé deux surprises ; une Ferrari 225 S Coup » Vignale (s/n 0190 ED) et une Ferrari 250 GT Coupé Pininfarina trônaient fièrement sur leur stand pour une première participation. Pas mal pour cette entreprise d’Aalter qui pratique principalement le dépôt-vente.

 

Au terme de deux jours de visite, tous les halls ont été parcourus avec quelques belles surprises à la clef, il y a toujours une rareté à débusquer quelque part, comme cette Siata 500 Record sur le stand Marreyt Classics, et c’est pour se genre de rencontre que je viens visiter chaque année ce monument de la voiture classique.

 

© Bruno Dugauquier