Bernie Ecclestone Celebration.001.jpg

Du 29 juin au 2 juillet, Goodwood House et son illustre propriétaire, Lord March, accueillaient comme chaque année une véritable célébration de la vitesse. En ces temps de restrictions en tout genre, ce week-end allait véritablement à l'encontre de la pensée unique actuelle qui voudrait que tout soit écologique et dénué de toute saveur. Il faut dire qu'en Angleterre, pays de nombreux constructeurs automobiles (passés et actuels) le culte de la vitesse est encore bien ancré dans l'inconscient collectif.

Le FOS rassemble plus de 150.000 fans de vitesse répartis sur les 4 jours, avec des commémorations notamment celle de John Surtees, décédé récemment, le team Williams en Formule 1, Tom Kristensen et ses 9 victoires au Mans, mais encore les 70 ans de Ferrari ou une autre célébrité, parfois controversée, Bernie Ecclestone. Pour cette commémoration, la traditionnelle sculpture monumentale occupait l'espace central, dévoilant les cinq périodes de la vie dEcclestone ; de sa carrière de pilote à son statut de « Légende du Sport » en passant par celle de manager d'écurie, propriétaire du team Brabham ou celle d'impressario.

Mais ce Festival est avant tout une démonstration de vitesse sur une côte d'environ 1 miles, des centaines de voitures s'affrontent dans une bonne trentaine de classe. Il faut encore ajouter, pour ceux qui ont le temps, trois classes spéciales qui se mesurent sur un circuit de Rallye situé dans la forêt, un peu plus loin après la ligne d'arrivée., ou des Supercars et autres avants premières.

Des pilotes renommés y participent tel Nico Rosberg, Marc Webber, ainsi que des légendes du milieu automobile et motocycliste comme Giacomo Agostini, mais en ce qui concerne la pole position, le meilleur temps de la montée revint à Justin Law sur Jaguar XJR-12 en 46 secondes 13centièmes, devant Jeremy Smith sur une monoplace Penske-Chevrolet PC22 en 46,22 et Mark Higgins sur une Subaru WRX STI en 48,25 sec.

Même si ces temps ne sont pas essentiels aux yeux de nombreux participants, l'essentiel est de retrouver l'émerveillement dans les yeux des spectateurs et amateurs d'automobiles, de retrouver cette petite étincelles qui ravive la flamme de la passion et des souvenirs passés
et ça, le Festival of Speed le fait à merveille.

 

© Bruno Dugauquier

A propos de l'auteur: