Ambiance_

C’est par un temps typiquement britannique que le Festival of Speed de Goodwood s’est tenu le week-end du 23 au 26 juin dernier. Malgré ce temps détestable (alternance de fortes pluies et de larges plages de soleil), des parkings embourbés,  plus de 150.000 personnes se sont rassemblées le long de la piste et de ses animations.

Le principe de la course de côte ne change pas, des essais les vendredi et samedi ainsi que des démonstrations effectués par des célébrités comme Nico Rosberg, Riccardo Patrese, Jenson Button ou encore Jackie Stewart, le dimanche étant réservé aux temps officiels.

On y retrouve toute machine qui dispose d’un moteur ; cela va de la voiture antique du début du 20ème siècle au Sport Prototype vainqueur des dernières 24 heures du Mans… la Porsche 919, pas la Toyota !

 Pour le centenaire de la marque munichoise, BMW Classic avait investi la place centrale face à Goodwood House, en y installant une structure élancée servant de support à quelques modèles emblématiques (BMW 328, V12 LM et Brabham BT52). La collection de Brabham-BMW de Bernie Ecclestone y était également rassemblée ainsi que les stars comme la 3.0 CSL Batmobile, McLaren F1 GTR propulsée par le V12 BMW, 320i Gr5, M1, ou 635 CSi et la plus récente Z4 pilotée par Alessandro Zanardi (quelle leçon de courage).

Une catégorie de plus en plus appréciée du public est la classe des Titans ; deux Renault (40CV Montlhéry, et la Nervasport du record des 5.000 miles), une poignée de Benz monstrueuses ou la pétaradante Fiat S76 affrontaient quatre Avion Voisin sur la HillClimb.

Les voitures du BTCC,  de la série NASCAR, du Drift ou les Rally Cars restent très populaires elles ne sont pas là pour faire un temps mais pour assurer le spectacle.

Pour fêter les quarante ans du titre mondial de James Hunt en F1, une catégorie lui était réservée ; son fils, Freddie, honorait la mémoire de son père en participant à l’événement accompagné de quelques Hesketh, McLaren M23 et M26.

De nombreuses Formules Un des années ’90 à aujourd’hui étaient exposées ou participaient à la course de côte…un vrai régal pour les yeux et pour les oreilles ; d’autant que des pilotes de renom sont présents pour les conduire. Stoffel Vandoorne, René Arnoux, Marc Gene ou Nico Rosberg étaient bel et bien là, Lewis Hamilton, comme à son habitude, a préféré snober l’événement malgré l’annonce de sa venue.

Les ‘Motorcycles’ n’étaient  pas oubliés ainsi que les légendes qui les ont enfourchées comme Giacomo Agostini ou Carl Fogarty. Une catégorie Can Am, des Sport Prototypes récents ou plus anciens, des GT et Supercars complétaient ce fabuleux et très impressionnant plateau.

A part le temps qui s’est montré très instable, le plateau de 80 GT était un peu trop fourni à mon goût ;  cela ressemblait un peu trop à une parade commerciale….

L’événement reste  incontournable pour les passionnés de belles mécaniques, on peut y approcher les voitures, des pilotes vedettes ou d’anciennes gloires avec une aisance incroyable, en un mot ; à faire au moins une fois dans sa vie à condition de s’y prendre suffisamment tôt car l’événement est sold-out dès la fin avril…La rançon de la gloire.

 

© Bruno Dugauquier