The_Quail_2015_024

Le vendredi qui précède le Concours d’Elégance de Pebble Beach, est traditionnellement occupé par une manifestation huppée et gourmande dont le ticket d’entrée est fixé à 600$ et sold out depuis déjà quelques mois. A ce tarif, aucune faute de goût n’est permise, le lieu d’abord, le terrain de Golf du Quail, le plateau de voitures exposées qui selon la tradition ne permet de ne  voir les voitures qu’a ce meeting et ensuite les arts de la table avec une multitude de pavillons destinés à régaler les papilles.

Les thèmes évoqués lors de cette 13ème édition étaient les suivants :

Coachbuilt Ferraris, avec une 342 America Cabriolet de 1952 (ex Leopold III) d’Art Zafiropoulo, une rare berlinette  340 Mexico carrossée par Vignale (3exemplaires), ou une 410 Superamerica Serie III coupé.

Iconic Pre-1965 Porsches, avec une quinzaine de Porsche 356 dont les Pre-A coupés, Speedster ou cabriolets.

Long Tail Cars of LeMans, avec une Pescarolo 01 de 2007, Mazdaspeed 757 de 1985, Porsche 908/02 de 1969, Jaguar XJR-5 de 1984, ou une Ferrari 512 S.

Pre-War Sports and Racings, une classe qui regroupait  des voitures assez variées, comme une Bugatti Type 55 roadster, ou un Spyder Alfa Roméo 1750 SS du propriétaire des lieux, Hon Sir Michael Kadoorie, une évocation néo-rétro de Delahaye Boattail speedster, mais la plus marquante était le Delahaye 145 V12 ‘La voiture du Million’ de la collection Mullin.

Post-War Sports 1945-1960 étonnait avec une Cisitalia 303 DF Berlinetta Stabilimenti Farina, une Ferrari 250 GT PF à moteur Chevy V8, une de rares Ferrari de cette époque à avoir conservé son gros V8 américain, résistant aux sirènes de la spéculation. Un cabriolet Bristol 404 D carrossé par Abbott, quelques Fiat Abarth, et Jaguar XK 120.

Post-War Sports 1961-1975 regroupait des Ford Mustang, Iso Grifo, Bizzarrini A3/C, Shelby AC Cobra, BMW 3.0 CSL, ou Jaguar E-Type

Post-War Racings se faisait remarqué par la Ferrari 412 P de James Glickenhaus aux couleurs de Maranello Concessionnaire, une Porsche 906 peinte aux couleurs germaniques (livrée de la Targa Florio 1968), Alfa Roméo TZ1, ou ASA Ferrari 1000 GT.

The Great Ferraris est une classe toujours présente au Quail, Ferrari 250 GTO, en livrée suédoise, 250 GT Passo Corto, Lusso, et bien d’autres F40, F50, Dino et j’en passe. Une 500 Mondial série II bleue de l’Amiral Philipps attirait les regards tant son propriétaire accaparait l’attention d’un nombreux public.

Supercars est aussi une catégorie qui attire les foules avec une Jaguar XJ 220 TWR (5 ou 6 ex), Ferrari Enzo, LaFerrari, Bugatti Veyron (5ème produite).

Sports and Racing Motorcycles, avec une rétrospective de la marque Moto Guzzi.

Au final, ce sont les vainqueurs de chaque catégorie qui élisent le Best of Show, qui fut attribué à l’Alfa Roméo T33 Stadale de 1968 d’une collection privée de l’Illinois.

The Quail est également une vitrine idéale pour les constructeurs de supercars et d’Hypercars, comme Horacio Pagani ou Koenigsegg, et même Bugatti qui malgré la fin de son modèle Veyron, ne pouvait manquer ce rendez-vous californien. Des stars de la course automobile comme Sir Jacky Stewart,  Nick Mason, ou Jochen Mass y venaient également répondre aux interviews d’Alain De Cadennet.

En conclusion, une bien agréable journée passée sur le green du Quail avec un goût de trop peu car la multiplicité des événements m’obligeait à prendre la route pour Laguna Seca en milieu d’après midi.

Quelques images pour découvrir l’ambiance du Quail…

© Bruno Dugauquier