Retromobile_Paris_050

Pour ses 40 années d'existence, le salon Rétromobile de Paris occupait le Palais 1 du Centre Expo Porte de Versailles afin d'accueillir comme il se doit plus de 100.000 visiteurs sur cinq jours douverture.

Une 40ème édition placée sous le signe de la Passion automobile, avec pas moins de 450 exposants, spécialisés dans la vente d'automobiles anciennes, de pièces détachées, d'Automobilia (livres, galeries dartistes, etc.) une centaine de clubs et associations, ou des carrossiers de renom ainsi que la maison Artcurial spécialisée dans la vente aux enchères.

Parmi les thèmes proposés cette année, une rétrospective de la marque madrilène Pégaso, dont l'histoire à été racontée dans un précédent article (ici), une petite quinzaine de véhicules exposés pour retracer l'histoire mouvementée de cette marque espagnole confidentielle, puisque seulement nonante voitures ont été construites. Une autre Saga, celle de Matra dans l'espace Youngtimers  avec les M530, Bagheera, Murena ou Avantime de Renault.

La collection de l'architecte Corrado Lopresto, bien connu des Concours d'Elégance internationaux proposait quelques Alfa Roméo à carrosserie unique.

La Cité de l'Automobile de Mulhouse avait fait venir ses trois Bugatti Type Royales, le coupé Napoléon, la limousine carrossée par Park Ward ainsi que la reconstruction du Roadster Esders , un succès total auprès des visiteurs.

Les grands constructeurs sont à chaque fois présents, Skoda, Porsche ou Mercedes qui présentait en première française une 540 K Streamliner récemment restaurée et déjà vue au dernier Concours d'Elégance du Zoute, et bien sur les marques françaises Renault, Alpine,Peugeot étaient représentées par leur département « Classic » alors que Citroën fêtait les 60 ans de sa DS avec quelques mois davance.

Le musée de l'automobile de Reims présentait sur le stand « Rallystory » le prototype de la Wimille de 1945, une voiture futuriste pour l'époque, développée par le célèbre pilote français de lentre deux guerre. Malheureusement, le 28 janvier 1949, Jean Pierre Wimille se tuait au volant de sa  Gordini lors des essais du Grand Prix de Buenos Aires. Cela marquait l'arrêt du développement de cette voiture révolutionnaire. Les deux Wimille firent leurs dernières apparitions au salon de l'automobile en 1950 après avoir parcouru 45 000 km.

Le salon Rétromobile de Paris reste un rendez-vous incontournable pour tout passionné d'automobiles anciennes, il marque le début d'une saison de reportages de plus en plus nombreux au fil des ans.

En voici un avant goût en image

© Bruno Dugauquier