4C_Day7-38

Logo 4C

Vendredi, 16 Octobre 2015

Etape de 307,5km, à effectuer en 7 heures.

La journée débute comme elle s’est terminée la veille, au restaurant luxueux du State Guest House de Yangzhou. Hier soir, nous nous jetons sur un buffet qui présente des caractéristiques plus proches de nos standards chinois à nous et surtout enfin un peu de viande.

Petit mot sur la nourriture. Ici, manger chinois, c’est comme si nous disions, "ce soir, j’irais bien manger “européen”…"

Il y a mille variétés. Cela fait maintenant 9 jours que nous sommes tous les soirs dans des environnements différents avec chaque fois entre 300 et 400km d’écart et chaque soir, le processus est le même. Nous dînons autour de grandes tables rondes de 8-10 convives et au milieu, un plateau tournant. C’est extrémement convivial, petit à petit le plateau se remplit de mets divers dont nous ne pouvons reconnaître que très peu d’aliments. Ce qui est sûr, c’est que c’est épicé. Ensuite, les poissons sont assez beaux et nobles, bien présentés. La viande de boeuf fait réellement défaut ou alors en petits morceaux. Ce qui est étrange c’est que le poulet ou le porc est servi réellement avec des pièces peu reconnaissables, avec des os et du gras. Pour certains convives, c’est assez rude. Pour d’autre, un régime forcé, compensé par des bières qui coulent à flot. Pour d’autres, plus téméraires, à la recherche d’émotions fortes, ils commandent du vin. Etonnantes étiquettes, qui ressemblent à de grands crus de chez nous, souvent en provenance (toujours d’après l’étiquette) de France et visiblement de régions qui ne me sont pas vraiment familaires. Quant au goût….j’avoue qu’il me semble impossible d’en prendre un verre. Etrange….

Aujourd’hui, nous partons en pole position. Objectif :  ne pas perdre de points, vu qu’il est impossible d’en gagner.

Nous sommes suivis de près par une Corvette Stingray, qui est pilotée aujourd’hui toujours par un pilote de profession. Derrière lui, un asiatique avec qui nous ne savons pas converser, mais roulant en Mercedes 220 berline. Un homme semble-t-il bien rôdé.

C’est parti, nous traversons la ville de Yangzhou, de plus en en plus adorable. Un Apple Store fait apparition, de jolis boulevards arborés et toujours une population qui n’a pas l’air très malheureuse, tout du contraire. Voici une ville que j’aurais bien découverte à pied !  

Nous roulons à travers des routes qui deviennent plus vertes, plus roulantes et surtout plus tournantes.

Le brouillard ne nous quitte quasi pas de la journée. Est-ce de la pollution ? Nous l’ignorons.

Température agréable, soleil peinant à traverser cette brume, nous avançons. La première épreuve est assez pénible dans le sens où nous devons prendre une autoroute. Pas évident du tout de réguler sa vitesse surtout que le temps imparti est trop généreux. il faut impérativement s’arrêter à une pompe à essence et bien calculer son redépart. Pas de chance, nous calculons trop juste et nous devons augmenter la cadence. Conclusion : 15 km en 6 minutes, ça va être trop juste. La petite BMW turbine à pleins tours et nous passons le contrôle avec 1m38 de retard. 10 points de pénalité. Nous sommes confiants que l’épreuve sera rude pour tout le monde.

Nous revoilà repartis, la route devient de plus en plus agréable, laissant place à des champs plus verts, des lacs. En effet, nous traversons une nouvelle ville qui nous semble fort paisible. A nouveau, d’autres villes poussent comme des champignons, toujours avec des tours hautes pointant le nez au ciel.

Nous sommes extrêmement fiers d’avoir bien géré le deuxième contrôle temps, car malgré le traffic et l’interdiction formelle de s’arrêter, nous arrivons…avec quelques secondes de retard. ouf. Nous profitons du cappuccino offert avec talent comme chaque jour. Le soleil aidant, nous parlons avec l’un ou l’autre. Le deuxième cappuccino est servi.

Grosse erreur…. nous partons et là, nous nous rendons compte que le temps nous fera probablement défaut, nous augmentons la cadence, toujours avec prudence par contre…là nous arrivons en bord d’une magnifique étendue d’eau, splendide, des barques ici et là. Difficile de décrire cet environnement ne ressemblant à vraiment rien de connu. Surtout avec la brume toujours présente. 500millions de chinois…et moi et moi et moi…Notre question, où sont ils ces fameux chinois. Ce lac est bordé de magnifiques allées et pour peu, les berges ressemblent au zwin. mais peu de personnes….où sont elles ? Nous n’avons croisé aucune usine.

Autour de ce lac, nous recalculons ce qui nous reste et il faut rouler vite. très vite….et là, une interdiction de dépasser les 40km/h nous cloue littéralement au sol. Pourquoi avoir repris ce cappuccino ??? Nous frôlons les limites supérieures mais dès les 80km, nous devons appuyer immédiatement sur le frein. Nous nous rappelons la note ce matin au tableau avec les pénalités imposées aux conducteurs trop rapides. Les voitures sont suivies par ordinateur avec les puces GPS et les excès sont très facilement visibles.

Bref, la pression monte et là, nous ne visons déjà plus que d’arriver dans les 5 minutes pour ne recevoir que 10 points de pénalité. Nous prenons des risques, sommes ralentis dans un village et puis un autre. Nous apercevons au loints le point de contrôle et nous arrivons avec 8m 30 de retard. Notre faute….il faudra attendre demain pour savoir si notre vitesse sera repérée et si cet excès nous propulse quelques places plus bas. Lorsqu’on descend, la seule manière de remonter c’est attendre les erreurs des autres….pas évident.

L’endroit d’arrivée est comme toujours magnifique, en bord de lac, un grand resort, dommage que la brume grise gâche la vue à distance. Un buffet nous attend déjà dans 45 minutes. Peu de temps pour reprendre ces esprits.

Demain, dernière étape vers Shanghaï, la décisive. Nous avons pris des risques cet après midi pour quelques minutes de café et nous espérons que cela ne nous coutera pas la pole position. Mettons l’esprit de compétition de côté, nous avons découvert aujourd’hui une toute autre Chine. Une chine assez paisible, avec toujours de nouvelles constructions, beaucoup de sourires aux lèvres. Contraste également nous croisons de magnifiques berlines de luxe sur la route. Le niveau de vie semble augmenter ici.

à demain pour l’étape finale et nos conclusions

© Frederic G / Photos Denis de Wagheneire / Frédéric quand il est co-pilote