4C_Day6-23

Logo 4C

Mercredi, 14 octobre 2015

Etape de 386,41 km, en 8h30

Un lever brutal à 6h15, dans la brume matinale, un petit déjeuner trop vite avalé, pour un briefing rapidement expédié, nous sautons dans les voitures toutes propres, le moteur tourne sur un joli ralenti…

Le départ donné à 8h13’31”, nous voilà partis pour un première étape de 140km dans un enchainement de carrefours interminables et de routes rectilignes dans des campagnes, très plates… toujours pas la Suisse ! Afin de ne pas s’endormir au volant, nous avalons le pic nic, déjà, certes beaucoup trop tôt.

Paysages assez monotones et d’un autre temps, on pourrait s’imaginer être en europe de l’est d’une certaine manière. Des peupliers, des champs qui n’ont pas l’air très fertiles, des paysans assez esseulés en train de gratter le sol sans machine.

Cette première boucle ne nous emballe pas trop, l’essentiel pour nous est de garder le temps. Cette fois ci, les règles sont devenus aussi plus strictes, plus question de s’arrêter trop près des point check sous peine de pénailité. Nous sommes toujours premiers du classement au départ, ce jeudi. La pression est entière.

Lors du petit déjeuner je discutais avec un participant de l’édition précédente, venu tout droit de Singapour et qui me rappelait quelque part la mentalité ici. Pour reparler du danger sur les routes, de l’utilisation permanente du klaxon et surtout…oui SURTOUT du changement de direction sans prévenir en permanence et partout…Il me raconte le briefing du chef de la Police de l’année dernière….:

Ce haut dignitaire de la Police locale avait d’abord félicité tous les participants du monde entier de leurs voitures extraordinaires, il les a d’abord flatté sur leur compétence de conduite, leur rappelant à mémoire quelques noms de grands pilotes italiens…(les participants italiens applaudissent…) et puis il s’arrête et demande…” et savez vous qui Ching Zuang Tang ? “….regard médusé des participants… “non? bien sûr”…

“Et bien il s’agit de la première victime de la route d’un accident de roulage… les gens arrêtent de rire et il continue…”Connaissez vous l’ancienneté moyenne de conduite en Chine” ?

3 ans…
“Je compte dès lors sur votre expérience pour donner l’exemple…”

Une attitude assez chinoise, de montrer la fermeté, tout en flattant l’autre… Très clair.

Sur cette première boucle, point d’usines nauséabondes, tout doucement l’aridité disparaît pour laisser place à une verdure plus agréable, jusqu’au point check de midi, où nous arrivons avec…..1 seconde d’avance…

2 cappucino (ou 2 cappucini si on est italien ?) plus tard, nous nous remettons en route, le point d’interrogation au fond des yeux pour s’imaginer quel impact aura cette malheureuse seconde. Nous avons bien essayé de questionner dans notre meilleur chinois l’entourage des organisateurs..Sans succès…

La route devient sinueuse et différente, jolie même. Cela nous rappelle les routes le long des canaux presque en Belgique, mais beaucoup plus large et avec des rangées de peupliers sur bien 80km… sur les canaux naviguent des péniches, des remorqueurs avec de nombreuses barques, à la limite de la flottaison. C’est très beau. nous apercevons également des grues qui effectuent des vas-et-viens pour charger et décharger ces barques de sables ou d’autre contenu inconnu. Nous apprenons par ailleurs que ces canaux ont été creusé à la main il y a mille ans. Incroyable

La cadence s’accélère pour garder les 49 km/h de moyenne par sécurité pour arriver à temps… Nous nous approchons tout doucement de l’arrivée, 20km…nous nous arrêtons pour de l’essence. Le temps nous indique encore 40minutes…cela devrait aller…

Le traffic commence à nous entourer, nous arrivons dans une ville visiblement plus active que nous le pensions. Le chrono continue de tourner, et les précieuses minutes de secours que nous avions commence à s’évaporer. La tension monte doucement à bord de notre BMW 2002 tii de 1973 qui tourne à merveille, les tours s’emballent, nous nous faufilons dans le traffic, faisant usage comme les autres du klaxon pour prévenir de notre arrivée tonitruande. Nous évitons les petits motocyclistes électriques qui zigzag sans crier gare… Nous arrivons chaque fois en tête au feu de signalisation, rien n’y fait, les minutes s’envolent et les km ne défilent pas assez vite…zutzut…le roadbook se fait plus complexe avec quelques changements de direction, gauche, droite 200m après le feu, à droite… Crissant des pneus nous apercevons l’arrivée avec le contrôle temps, horreur, d’autres participants peu soucieux du temps prennent le temps de passer le contrôle certes en avance, nous nous faufilons, je sors de la voiture et cours à pied jusqu’au poste de contrôle pour obtenir le fameux cachet avec le temps…Nous finissons avec 1m32 de retard sur notre arrivée…Cela nous pénalisera de 10points…Impossible d’imaginer ce que cela fera sur notre classement général..croisons les doigts, respirons. l’endroit est magnifique.

Chambre de rêve, le Yangzhou State Guest House est un parc de verdure avec des plus petits bâtiments où seront disséminés les équipages. Le temps toujours le temps…Nous sautons sur nos ordinateurs pour rédiger le compte rendu, reprendre et sélectionner les photos avant de sauter dans un bain et pas trop longtemps car déjà dans 35 minutes le dîner sera servi….

Au détour du couloir, nous croisons le couple adorable Suisse, qui nous relate leur expérience de la journée dans leur Ford A de 1934. Un soucis de radiateur, les a conduits à essayer de trouver un garage local, un garage de camions, où l'accueil fut extremement gentil, comme toujours. Ils ont été dépannés, avec le sourire et en plus le garagiste n'a accepté comme seule compensation, une tablette de chocolat suisse, du Toblerone !

Très belle journée, nous avons à nouveau croisé beaucoup de participants souriants et contents d’être là….

Voir la journée précédente

© Texte Frederic G / Photos Denis de Wagheneire / Frederic G (quand il est co-pilote)