4C_Day4-43

Logo 4C

Lundi 12 octobre 2015

Deuxième journée la plus longue, près de 400 kilomètres à accomplir en 8h de trajet quasi non stop, ponctué de 3 Check Points de temps où il faut pointer à l'heure exacte à la seconde donnée par l'organisation.

Ce matin, le soleil se reveille tôt pour moi, 4h du matin, probablement un reste de jetlag et l'excitation de la journée à venir. Nous regardons par la fenêtre de l'hotel, du 25e étage qui donne sur une ville qui se réveille petit à petit. Petite ville de 10 millions d'habitants. Tout est neuf.

Arrivés au petit déjeuner, il nous faut déjà 20 minutes pour découvrir les dizaines de choix. "Check", c'est décidément le plus grand et plus exceptionnel petit déjeuner d'hôtel qu'il nous a été donné de découvrir. Des Dim Sums en passant par un bar a sushi (dur le matin) a un stand à "oeufs", en passant par un bar à jus de fruis frais... Nous devons malheureusement engloutir cela rapidement car déjà, le briefing nous appelle.

Quelle surprise nous attend en regardant les résultats au tableau : L'équipage Belge de ClassicCarPassion.com se classe 2e au général sur 50 ! nous n'y croyons pas. Rien n'est fait. Une simple panne peut nous éliminer rapidement. L'enthousiasme est de mise.

Le départ donné et nous voilà partis pour des routes interminables. Que raconter ? Pas grand chose au niveau paysage, le roadbook nous amène à travers de longues lignes droites et grandes routes à 5 voies au milieu de nulle part. Par contre si nous devions résumer l'athmosphère : "tendue" ! En effet, nous comprenons que si nous voulons rester dans la course, il va falloir rouler fort. Se frayer un passage parmis les cohortes de motocyclettes électriques qui déboulent de tous les côtés sans crier garde. Un enfer. Bref, nous serons pieds plancher quasi toute la journée !

Que retenir ?

Ils CONSTRUISENT...Ils CONSTRUISENT...Ils CONSTRUISENT.... partout. Des tours géantes apparaissent au milieu de rien et de la poussière. Partout. Des centaines de camions bennes partout.

Ils conduisent partout, il est très courant de voir apparaitre un tracteur sur l'autoroute à contre sens. Le danger semble omniprésent. Notre petite BMW 2002tii de 1973 essaie de se frayer un passage parmis ces dangers de la route, gauche, droite, slaloms, 2e...3e...2e... bref un réel challenge. Nous sommes aidé par quelques équipements qui nous donnent les métrages afin de ne pas se tromper.

Après le premier checkpoint où nous arrivons après 200 kilometres à 11 secondes du temps à faire, ouf ! Après cela, nous avons faim et soif... Comme je le disais précédemment, rien n'apparait sur ses routes interminables. Pas une gargotte.

L'apétit se faisant sentir, le flair du Gaulois que je suis m'attire vers une enseigne qui ne laisse rien présager. Freinage d'urgence, marche arrière et nous voilà attéris dans un restaurant où 40 chinois nous regardent d'un oeil ébahi, ils dégustent tous la même chose, un bon bouillon avec boulettes, coriandre et jeunes oignons. Impossible de se faire comprendre mais nous éveillons l'émerveillement. Impossible de manger tranquille, ils insistent pour chacun nous prendre en photo, ils inspectent nos badges et notre voiture, après cet échange émouvant, une de ses personnes nous fait comprendre qu'il nous invitait à déjeuner. Il semble ne rien posséder et me fait prendre la main de son jeune fils en guise de bonne chance. Quelle émotion. Le temps presse et après 40 photos plus tard, nous sautons dans notre bolide et rattrapons le temps perdu...zou, nous arrivons 4 secondes dans les temps à notre prochain check point.

Des heures plus tard, nous découvrons à nouveau de multiples usines.... les champs que nous voyons semblent tous cultiver le maïs. Très étrange. De quoi se nourissent-ils?

Les routes sont parfaites, pas un trou. Ils roulent juste partout et dans tous les sens.

Nous débouchons dans la ville de Taian. inconnue au bataillon, là, nous devons effectuer un freinage d'urgence pour éviter à 12 centimètres de notre parechoc une petite mobilette électrique qui traverse la grande route. Nous ne l'avions pas vu. La voiture termine en travers mais pas de blessés. Ouf... nous commencons à imaginer si nous l'avions touché !

Nous voilà arrivés sains et sauf à l'hotel, heureux d'être là et de commencer une soirée haute en couleur avec les autres équipages, pressé d'entendre leur récit...

Vers le jour précédent 

© Texte Fred G. / Photos Denis de Wagheneire