pau_historique

pau_historiqueLes caprices de la météo n’ont pas eu raison de la volonté générale : l'édition 2012 du Grand Prix de Pau Historique a retrouvé un public encore plus dense lors d'un week‐end de courses intense et a accueilli plus de 11 000 spectateurs. Durant deux jours, six plateaux de compétition ont successivement défié leurs challenger et ...le ciel qui riait, puis pleurait ; alors que 800 voitures de clubs se relayaient dans les jardins du Palais Beaumont pour une exposition éphémère, dont le clou a été le concours d’état sous la houlette de la FFVE.

Trophée Phil Hill – Sixties Endurance : la danse des Cobra

Samedi 5 mai le beau temps a été au rendez‐vous pour les qualifications et seul le Trophée Phil Hill a essuyé une averse lors de sa séance. Une météo qui a bénéficié aux petites cylindrées de Jean Marc Bussolini, Damien Kohler et Juan Orjuela. Le lendemain, le départ de la première course s'est déroulé sous le soleil, établissant les positions. Yvan Mahé, à bord de son AC Cobra a mené jusqu'à la mi‐course, laissant Dominique Guenat prendre la tête pour ne plus la quitter. Légèrement derrière, les

trublions des qualifications ont poursuivi le show. Le public a pu assister à une lutte des mêmes Bussolini et Kohler, Keith Ahlers jouant les outsiders volant d'une magnifique Morgan SLR de 1963. Le drapeau à damier est tombé sous drapeau rouge. En effet le palois Mike Parisy et sa Lotus Elite ont effectué une sortie, sans gravité, à 9 minutes de la fin. Dans l'après‐midi, Yvan Mahé a préféré ne pas prendre le départ à la suite d'un problème moteur alors que Dominique Guenat victime d'une panne a été contraint à l'abandon. Une situation qui a laissé le champ libre à Shaun Lynn qui n'a pu se battre à armes égales le matin à la suite de problèmes techniques. Le Britannique remporte une victoire bien méritée devant la Morgan SLR de Keith Ahlers qui a fait une superbe course. Juste derrière, Damien Kohler et Jean‐Marc Bussolini n'ont pas ménagé leurs efforts pour s'attribuer la troisième place. Au terme d'une superbe bagarre, Damien prend l'avantage et se hisse sur le podium.

Course 1: VHC : 1. Dominique Guenat – AC Cobra; 2. Yvan Mahe – AC Cobra; 3. Jean Marc Bussolini – Porsche 911 2L Indice de Performance: 1. Juan Orjuela – Porsche 356 Pré A; 2.Jan Guzen/Anthony Schrauwen – Lotus Elite S1; 3. Fabrice Perruchot – Lotus Elite Course 2: VHC: 1.Shaun Lynn – AC Cobra; 2. Keith Ahlers/James Bellinger – Morgan SLR ‐3. Damian Kohler – Porsche 911 2L Indice de Performance: 1. Juan Orjuela ‐ 2. Jan Gijzen/AnthonySchrauwen – 3. Frédéric Berchon/Jean Berchon

Trophée des Pyrénées : le trio infernal

Ce plateau complet de 36 monoplaces est un régal pour le public et les concurrents avec des modèles parfaitement adaptées aux rues sinueuses de Pau. La grille de départ composée uniquement de Ford est dotée d'une autre particularité puisqu'une des deux femmes de la compétition, Line Piguet, roule sur une Van Diemen RF 77. Lors de la première course, Alex Lynn le fils de Shaun Lynn, récent vainqueur du Tour Auto Optic 2ooo, est monté sur la première marche du podium. On le retrouvera la semaine prochaine lors du Grand Prix de Pau moderne dans la discipline vedette: la Formula 3. Lors de la seconde course, on reprend les mêmes et on

recommence. Alex Lynn remonte en haut du podium suivi d'Alain Girardet et de Pierre Lombardi.

Course 1: 1.Alex Lynn – Van Diemen RF 81; 2. Alain Girardet – Van Diemen RF 79 – 3. Pierre Lombardi – Lolla T540 Course 2: 1.Alex Lynn – Van Diemen RF 81; 2. Alain Girardet – Van Diemen RF 79 – 3. Pierre Lombardi – Lolla T540

Trophée Flat4 : une première réussie

Le petit nouveau de l'édition 2012 a rempli son objectif en réunissant 21 voitures. Un plateau diversifié allant de la Porsche 356 Pré A Speedster à la Carrera 2L. Tout au long de la première course, le trio de tête composé de d'Albert Otten, Jean‐Marc Bussolini et Juan Pablo Orjuela, s'est livré de très belles bagarres. La course de l'après‐midi est quant à elle remportée par une Porsche RS 61 conduite par Andrew Prill suivi d'Albert Otten et Jean‐Marc Bussolini toujours aux avants postes.

Course 1: 1. Albert Otten – Porsche 550 A Durlite; 2. Jean‐Marc Bussolini – Porsche 356 A; 3. Juan Pablo Orjuela – Porsche 356 A Course 2: 1. Andrew Prill – Porsche RS 61; 2. Albert Otten – Porsche 550 A Durlite; 3. Jean‐Marc Bussolini – Porsche 356 A

Trophée Légende : le prix de l'élégance

Ce plateau atypique d'avant‐guerre reste exceptionnel par sa rareté et sa qualité. Réunir 20 d'entre elles reste une grande fierté de Peter Auto. Parmi les concurrents, la seconde femme du Grand Prix de Pau Historique s'illustre face à ses concurrents masculins. Alexandra du Boucheron aux côtés de son père Olivier sur une Bugatti 37 A, a réalisé une très belle course marquée seulement par une toute petite faute en début d'épreuve. En tête, trois hommes sont sortis du lot en se succédant en première position. Au final, Richard Pilkington s'impose devant Grégory Ramouna et Nicolas Chambon qui n'ont rien lâché. La seconde course sacre de nouveau Pilkington alors que Grégory Ramouna abandonne suite à une panne moteur. Francis Courteix sauve l'honneur des Bugatti en se faufilant sur la deuxième marche du podium.

Course 1: 1. Richard Pilkington – Talbot T26 SS; 2. Gregory Ramouna – Bugatti 35 B; 3. Nicolas Chambon/Pierre Rageys – BMW 328 Course 2: 1. Richard Pilkington – Talbot T26 SS; 2. Francis Courteix – Bugatti 35 B; 3. Jean‐Jacques Bally – BMW 328

Trophée Junior : Junior mais pas trop !

Les 19 petites monoplaces se sont régalées sur le circuit palois. Très à l'aise sur ce type de tracé, les formules Junior s'en sont donné à cœur joie. Devant on retrouve le Français Stéphane Rey suivi des deux Britanniques Harry Tincknell et John Truslove. Le podium de la seconde manche accueillera le même trio dans la même position.

Course 1: 1. Stéphane Rey – Lola Mk5A; Harry Tincknell – Lotus 20; John Truslove – Brabham BT6 Course 2: 1. Stéphane Rey – Lola Mk5A; Harry Tincknell – Lotus 20; John Truslove – Brabham BT6

Trophée Mini Classic: petites mais pugnaces !

Pour leur première épreuve les Mini se sont fait remarquer. Première interruption de course après un accrochage au départ entre deux voitures. Puis ce sont cinq voitures qui un peu nerveuses qui se sont imbriquées l'une dans l'autre, ont forcé la course à s'arrêter, cette fois définitivement au bout de quatre tours. Un accident plus impressionnant que grave, mais les Mini vont devoir mettre la pédale un peu plus douce... Aucun classement n'a été émis à la suite de cette course. La course 2 s'est révélée moins agitée même si quelques débordement se sont produits, traduits par des sorties de route. Nick Swift s'impose alors que son père, après avoir fait le meilleur temps en piste, a du abandonner après un écart.

Course 1: Pas de classification Course 2:1. Nick Swift – Morris; 2. Christian Devereux – Austin; 3. Jonathan Hartop ‐Austin

Afin de célébrer cette nouvelle édition, les Clubs s'étaient de nouveau réunis dans les Jardins du Palais Beaumont pour former une exposition de voitures de collection. Un rassemblement qui a suscité l'intérêt du public, nombreux dans les allées.

La ville n'était pas en reste et s'est animée au rythme des voitures anciennes: la Ville, la Chambre de Commerce, les commerçants ont réuni leurs forces pour que Pau arbore ses habits de fête aux couleurs des Grand Prix. Les spécialités paloises ont été mises au goût du jour à travers les casetas réparties dans la ville et dans les Villages du Grand Prix. Au sein du paddock, les exposants étaient également présents pour vivre et faire vivre à tous cette aventure automobile.

Le Grand Prix de Pau Historique s'achève mais la fête continue puisque jusqu'à sa version moderne le week‐end prochain la ville de Pau célèbre sa Semaine du Grand Prix.

www.grandprixdepauhistorique.com