logo_12h_huy

 

logo_12h_huy

 

- Un podium de grande qualité et des écarts minimes

- 60 équipages au départ

- Un public présent en masse tout au long du parcours

 

Depuis trois ans, sous l’impulsion de Jean-François Devillers et de l’équipe de Trajectoire, les mythiques « Douze heures de Huy » vivent une nouvelle jeunesse. L’édition 2012 de ce célèbre rallye de régularité restera certainement dans les annales comme l’une des plus disputées de sa nouvelle histoire.

 

904H0128-small

D’un souffle

Au soir d’un 8 septembre d’une rare intensité, Jean-François Devillers, le « patron » des Douze heures de Huy, affichait une mine radieuse. Il faut dire que nous venions de vivre une journée de course assez exceptionnelle. Après trois boucles de 150km, Yves Deflandre imposait son Austin Healey MKII de 1964 pour 2,1 points. Soit une différence d’à peine quelques secondes. Un écart infime après 450km de compétition acharnée. Yves Deflandre, déjà notamment double vainqueur du Rallye Neige et Glace, ne cachait pas sa joie. « Ce fut une grosse bagarre, très intense, personne ne voulait rien lâcher. Rouler seul constitue une expérience originale. Je salue également le travail de l’organisation pour son parcours bien pensé et bien cadencé. On n’avait pas le temps de s’ennuyer et il fallait se montrer précis à tous les instants. Le rythme était vraiment prenant : on en redemande !»

 

Deux autres grands noms des rallyes de régularité complètent le podium 2012 de Huy : Yves Noelanders (Volvo PV544 de 1961), vainqueur en 2011, se classe deuxième et Claude Ninane (Ford Escort MKI de 1972) déjà troisième en 2011, réitère sa performance. Tous trois croisaient le fer en catégorie « Revival » (pilote seul à bord). En catégorie « Twin » (un pilote et son navigateur), Christian Van Den Eynde et Patricia Glissoux décrochent la victoire sur leur Porsche 914/4 de 1973 avec 2,5 points d’avance sur Philip et Aswin Pyck, au volant d’une Porsche 356 SC.

 

904H0427-small

Challenge Vittel

Tout amateur des Douze heures de Huy a en mémoire Henri Plasch, dit Vittel, tragiquement disparu en 1966. À l’initiative d’André Courtois, Willy Braillard et Thierry Plasch, son fils, le challenge Vittel comptabilise les pénalités accumulées par les concurrents lors des 3 passages au lieu-dit de la Poudrerie de Clermont. Michel Closjans, autre habitué des rallyes de régularité internationaux, l’a emporté, ici aussi, d’un cheveu : pour 2 centièmes de points devant... Yves Deflandre. « Cette victoire fut une très belle surprise. Des ennuis techniques m’ont empêché de jouer ma carte au général, aussi, remporter ce prix m’a fait très plaisir. »

 

Succès de foule

Avec 60 voitures engagées, le succès de ce rallye hors du commun ne se dément pas. Porsche 911, BMW 2002, Lotus Elan, Ford Escort, NSU, Alpine, Jaguar XK120, Peugeot 403, Citroën DS, Mini Cooper… le plateau était à la fois varié et prestigieux, avec de célèbres bolides de course mais aussi des voitures plus atypiques et des modèles populaires de l’époque. Le public ne s’est d’ailleurs pas trompé puisqu’il s’est massé en nombre tout au long de la boucle de 150km parcourue trois fois par les participants. Cette édition 2012 aura également eu la chance de bénéficier d’un soleil très généreux, offrant des conditions de courses optimales. Et signe du succès et de la cote de popularité grandissante du rallye, les Douze heures de Huy ont également vécu un week-end effervescent sur les réseaux sociaux. Rendez-vous en 2013 !

 

904H8861Deflandre-small

 

Pour revivre l’édition 2012 en photos, rendez-vous sur notre page Facebook.

Site web : www.12hdehuy.be


Crédit photo ci-dessus: Nicolas Gimenne

 

Les 12H de Huy - Photographiées par Frédéric G.

Les 12H de Huy - Photographiées par Frédéric G.

Frédéric s'est rendu lors du déjeuner à la rencontre des participants...Voici les photos souvenirs !