Bonhams_Retromobile_07La voiture du Roi était en vente au Grand Palais de Paris

Une Aston Martin DB2/4 Sports Saloon de 1955, ayant appartenu au roi Baudouin, a été vendue samedi pour le prix record de 333.500 euros (frais de vente inclus) par la maison de ventes aux enchères Bonhams lors d'une vente de voitures prestigieuses au Grand Palais à Paris, a indiqué Bonhams.

La voiture de couleur bordeaux qui a été fidèlement restaurée entre 2001 et 2008 avait été estimée à un prix de vente entre 200.000 et 240.000 euros. Une Bentley S1 Continental Sports Saloon de 1956 ayant appartenu au baron Empain fait aussi partie de cette vente. Son prix estimé entre 200.000 et 250.000 euros, est grimpé jusqu'à 218.500 euros (frais de vente inclus).

Des dizaines de voitures de luxe ont été vendues samedi par Bonhams dont une Bugatti Type 51 Grand Prix à 943.000 euros (frais de vente inclus). Son prix avait été estimé entre 1 million et 1,4 million d'euros



Le roi Baudouin en Aston Martin

Il existe bien des voitures de légende (Mercedes-Benz 540 K, Ferrari 250 GT…). Peu d'entre nous ont déjà eu l'occasion d'approcher l'une d'entre elles et encore plus rares sont ceux qui possèdent l'un de ces bijoux.

Parmi ces derniers, certaines de nos têtes couronnées. La plus célèbre est bien évidemment le prince Laurent et ses multiples déboires en Ferrari et autres Mercedes, mais le roi Baudouin comptait également parmi les amateurs de belles mécaniques.

Le souverain avait fait l'acquisition en février 1955 d'une magnifique Aston Martin DB2/4 bordeaux. Le roi des Belges s'était offert ce petit bolide, l'un des plus rapides de son époque, en compagnie de son frère cadet, Albert. Mais cette voiture, mise en vente aujourd'hui et estimée à plus de 200.000 €, a connu bien des péripéties, comme nous l'explique Philip Kantor, directeur du département automobile de Bonhams , l'organisateur de cette vente :

aston martin DB2 4 1955"L'Aston Martin DB2/4 du roi Baudouin a eu plusieurs propriétaires depuis notre Souverain." Il précise : "La voiture a été entièrement démontée puis restaurée à l'identique. Le possesseur passionné, un Belge, allant jusqu'à utiliser la même peinture qu'à l'origine. Il s'en sépare aujourd'hui car il la conduit peu et le côté historique ne l'intéresse pas énormément."

La voiture royale attise déjà les convoitises. Plusieurs acheteurs potentiels se sont manifestés. La vente risque d'être pleine de rebondissements.

Mais l'Aston Martin n'est pas la seule voiture en vente ayant appartenu à un Belge célèbre.

Une élégante Bentley S1 Continental, dont le premier propriétaire n'était autre que le baron Empain, sera également mise en vente.

Parmi les autres voitures, soulignons encore la présence d'une Bugatti Grand Prix Type 51 et d'une Alfa Romeo 1750, deux prestigieuses voitures d'avant-guerre dont le prix estimé avoisine le million d'euros.

 


Anciennement propriété de S.M. le Roi Baudouin de Belgique
1955 Aston Martin DB2/4 3.0-Litre Sports Saloon
Chassis no. LML/785
Engine no. VB6J/236

 


En présentant la DB2/4 2+2 en octobre 1953, Aston Martin élargit la clientèle potentielle de la DB2 au marché jusque-là inexploité, mais en constante augmentation, constitué par « les amateurs de voitures de sport avec famille ». Quelques modifications introduites à l'arrière du châssis et une réduction de la capacité du réservoir de 86 à 77 litres permirent de dégager assez d'espace dans le volume existant pour y loger deux sièges d'appoint capables d'accueillir des enfants. Autre possibilité, le rabattement des dossiers des sièges arrière offrait un espace de chargement qui faisait plus que doubler la capacité du coffre à bagages désormais rendu accessible de l'extérieur par un nouvel ouvrant arrière, précurseur du concept de la berline à hayon.

« Cette transformation, » écrivit The Motor, « donne à l'Aston Martin DB2/4 une capacité de bagages exceptionnelle pour une voiture susceptible, quand les circonstances le permettent, d'atteindre une vitesse de 190 km/h. La DB2/4 peut parfaitement revendiquer le titre de plus rapide voiture du monde en mesure de transporter deux personnes et un des bagages pour un mois. »

En outre, un toit surélevé, un pare-brise monoglace, des pare-chocs plus grands et quelques modifications de détails de style distinguaient la nouvelle Aston de sa devancière. Par ailleurs, la DB2/4 était semblable à la DB2 avec le même châssis en tubes rectangulaires, la même suspension avant indépendante à bras tirés et un pont arrière oscillant bien guidé. Les carrosseries provenaient de chez Mulliners à Birmingham jusqu'à l'arrivée de la Mark II en octobre 1955, lorsque la firme Tickford, récemment rachetée par le propriétaire d'Aston Martin, David Brown, en assura la fabrication.

Le moteur six cylindres en ligne à 2 ACT de 2,6 litres conçu par W. O. Bentley équipa d'origine la 2/4 dans sa version Vantage poussée à 125 ch. Mais en dépit de ce choix, l'inévitable augmentation du poids entraînée par la révision ne fut pas totalement compensée sinon par l'arrivée en 1954 du moteur trois litres de 140 ch. La vitesse de pointe de la DB2/4 fut désormais de 190 km/h avec une accélération de 0 à 100 km/h en 11 secondes environ qui en faisait une des plus rapides voitures britanniques de son temps.

Cette DB2/4 à conduite à gauche fut vendue neuve en février 1955 à S.M. le roi Baudouin de Belgique. Le détail de la commande conservée en archives, révèle que la voiture livrée par Mannes, le concessionnaire Aston Martin en Belgique, était à l'origine peinte en rouge Imperial Crimson avec intérieur en cuir beige Connolly. Les photos accompagnant la voiture montrent le roi Baudouin en compagnie de son frère l'actuel roi Albert II et l'on remarquera les plaques diplomatiques françaises. Il semble que tous les membres de la famille royale de Belgique utilisaient ce type de plaque et que leurs voitures étaient toujours livrées à l'ambassade de Belgique à Paris, probablement pour des raisons de sécurité.

Bonhams_Retromobile 2011 paris

 

 



Totalement restaurée selon ses spécifications d'origine entre 2001 et 2008, « LML/785 » se présente en état concours, accompagnée d'un dossier de factures de travaux de restauration et de sa carte grise belge.

 

 

© Source Belga - Bonhams - RTBF