affiche

   Affiche 

S'il y a bien une bourse à ne pas manquer en Belgique, c'est bien celle d'Anvers. Le bilan 2009 parlait d'un peu moins de 25.000 visiteurs pour 350 exposants, voilà des chiffres qui se voulaient encourageants malgré une conjecture économique particulièrement défavorable…

L'Antwerp Classic Salon en est à présent à sa 33ème année et sa renommée est toujours au rendez-vous. Cette année, l'accent était mis sur les "European Classics Stars", un thème finalement assez passe-partout. C'est ainsi qu'au gré des allées du très select Hall 4, on a rencontré beaucoup d'anglaises, de françaises de la belle époque, quelques allemandes, une poignée d'italiennes ainsi que des dizaines de belles américaines (cherchez les intruses)

Dans le hall 1, on retrouvait avec bonheur tous les clubs et la FBVA qui, cette année, avait rejoint ceux qu'elle défend. Ici, pas de stand aseptisé mais comme au Salon Champenois du Véhicule de Collection l'imagination est au pouvoir et les clubs rivalisent d'ingéniosité pour attirer le regard des visiteurs. Saluons ici l'étonnante inventivité de certains qui, avec peu de moyens et un personnel bénévole, parviennent à recréer une atmosphère d'époque.

Quant aux halls dédiés aux ventes et aux pièces de rechange, il faut constater que déjà samedi, beaucoup de voitures présentes portaient l'affiche "vendu" et ce, malgré des prix plutôt salés… Vous avez dit la crise ? 
Nous avons noté quelques voitures intéressantes dont de vieilles Citroën "propulsion" et une rare Delage "sortie de grange". Les stands de pièces et de documents ne semblaient pas moins nombreux que les années précédentes et les acheteurs potentiels ne se bousculaient pas non plus très fort au portillon.

Après contact avec les organisateurs en fin de salon, il appert que cette année, contre toute attente, est vraiment un bon cru : environ 4000 entrées ont été enregistrées en plus que l'année dernière. Ce résultat est également confirmé  par nombre élevé de voitures qui ont changé de main. 
Apparemment, la crise n'est pas de mise…

© Texte & Photos Benoît PIETTE