Event Type
Racing, Trackday
Date
17 September 2010 to 19 September 2010
Location
Belgium
Website
http://www.circuit-des-rempart…
Email
rf.oodanaw@eic.elorap
Sorry, we didn't receive an English translation
Le 3e week-end de Septembre, chaque année, le Circuit des Remparts est a` la fête


Pour les passionnés de belles mécaniques, le 3e week-end de Septembre est important. Depuis des décennies, se déroule a` Angouleme le Circuit International
des Remparts (seul circuit urbain au tracé inchangé depuis sa création en 1939).
Au coeur de la ville, sont alors rassemblées plus de 300 voitures anciennes, toutes
plus exceptionnelles les unes que les autres,

Le Concours d’Elégance ouvre les festivités dès le vendredi soir a` 21h. Le défilé
d’une trentaine d’automobiles et leurs équipages en costumes qui rivaliseront de
raffinement, de distinction et de singularité, seront présentées par Yves Lecoq. Entre
autres : Alfa 6C Zagato, vis-a`-vis De Dion Bouton, Mercedes d’apparat landeaulet
« type Adenauer », cabriolet Delage « Figoni-Falaschi », etc..

Le samedi, le Rallye International sillonne les vignobles du Cognac. Ce sont près de
370 éuipages, de la Bugatti 43 Roadster a` la populaire 4cv Renault, qui sont
attendus pour cette découverte du riche patrimoine charentais. Les équipages
s’arrêteront pour déjeuner dans la propriété d’une grande maison de cognac.
Cette année, le Rallye International fait la part belle aux clubs, avec le Rallye des
clubs, qui permet pour la première fois a` tous les clubs locaux, régionaux et nationaux de participer a` ce grand rassemblement.
Départ a` 8h30, Esplanade des Chais Magélis, sur les rives de la Charente,
Arrivée a` 17h30, Place du Champ de Mars.


Les expositions d’automobiles remarquables

Sur le parvis de l’hôtel de l’hôtel de ville, 6 ou 7 Matra, dont la Matra F1. Une place est également faite aux voitures électriques, avec, entre autres, la Bugatti 56, voiture électrique personnelle d’Ettore Bugatti qui lui servait a` se déplacer dans son usine.

Dans les jardins de l’hôtel de ville, sont exposées une quinzaine de voitures uniques, issues d’une des collections privées françaises les plus prestigieuses.

Toujours au programme du samedi 19 septembre, a` partir de 15h sur l’esplanade des Halles, sont présentées, pour la première grande sortie qui les réunit toutes ensemble, une trentaine de voitures, construites par Jacques Durand de 1958 a`
1991.




Les courses du dimanche


Rappel historique

De 1939 à 1955, les éditions du Circuit des remparts à Angoulême se sont succédées avec un succès grandissant. En 1955, une nouvelle réglementation des courses sur les circuits en ville oblige l’ensemble des manifestations automobiles citadines, y compris Angoulême, à abandonner leurs compétitions sportives. En 1978, une équipe de passionnés permet au Circuit des remparts de renai^tre de ses cendres en présence de Fangio en personne avec les premières assises nationales de l’automobile ancienne. Dès 1983, le circuit est de nouveau homologué pour des
véhicules historiques et, depuis cette date, il est redevenu le rendez-vous incontournable de tous les passionnés de sport automobile historique.


Un circuit unique au monde

Dimanche 19 septembre, les courses historiques réactualisent le circuit de vitesse situé au cœur de la ville, qui emprunte les remparts sur une distance de 1,279 kms dont 2 courbes, 2 virages à angle droit et 3 épingles. C’est le même tracé que celui de 1939 et c’est ce qui en fait son originalité et son caractère unique au monde.
Chacune des 160 voitures réparties en 8 plateaux a droit à une séance d’essais de 25mn et les positions sur la grille de départ sont déterminées en fonction du meilleur temps réalisé.

Les Plateaux

Epoque historique
• Monomill/MEP
• HBR5 et prototypes
• Bugatti
• Deux plateaux vintage d’avant-guerre (Jean-Pierre Wimille et Maurice Trintignant) dont une des plus remarquables concurrentes sera une Vauxhall de 1913 avec moteur Hispano-Suiza (11,8 litres - 300 CV).

Epoque moderne
• Grand prix moteur avant (1950-59)
• Deux plateaux : GTS GTP et GT Tourisme


Les intermèdes et les parades

Les voitures de courses les plus représentatives d’après-guerre feront une dizaine de tours sur le circuit entre les courses :
• A l’occasion du centenaire de la marque, une vingtaine d’Alfa Romeo,
• En hommage au constructeur automobile Jacques Durand, disparu il y a un
an, une quinzaine de véhicules, présentés sur la place des Halles dès la veille.


Bref historique du constructeur Jacques Durand

Né le 28 juin 1920 à Paris, il obtient un C.A.P. de mécanique de précision et se lance dans la fabrication de minuscules moteurs à essence pour modèles réduits.
Dans le sous-sol du pavillon familial à Antony, il usine à la main les pistons et les cylindres de moteurs de 2,7 cm3 dont le régime maxi dépasse 10 000 tr/mn. Ces modèles réduits sont alors vendus avec succès sous la marque Vega.

L’Atla : En 1958, avec une mécanique de 4CV Renault, il dessine puis construit, avec Cussonet et Schwab, sa première berlinette sport à portes papillon : l’Atla. Une
douzaine de véhicules furent construits, il en resterait 4 dont 1 seule roulante.

La Sera : Il dessine un nouveau modèle, construit cette fois sur une base de Panhard 850 cm3, plus sportif, avec un hard top escamotable, style Porsche Targa : la Sera.
Une douzaine de véhicules furent construits, il en resterait 4 roulantes.

L’Arista : En 1964, il rencontre Gaillard dont la voiture baptisée Arista fut exposée en 1955 au salon de l'auto et construit pour lui un coupé 2+2, toujours sous le nom
d’Arista, avec une mécanique Panhard. Il en resterait 4 ou 5 roulantes.

La Sovam : En 1965, il rencontre Morin, qui construisait à Parthenay des petits utilitaires sur base R4 sous la marque Sovam. Durand réalise alors une automobile
(plate-forme R4, mécanique Renault) exposée au Salon de l’automobile. 133 furent construites, il en resterait une cinquantaine.

La Jidé : En 1969, Il reprend sa liberté et s’inspire de la Ford GT40 pour un minuscule coupé sport à moteur central R8 Gordini : la Jidé. Ces voitures de
tourisme seront montées ou vendues en kit. Il en resterait une dizaine consacrées à la course et une quarantaine de routières.

La Scora : Après avoir vendu la marque Jidé, Durand déménage en Corrèze, ou` il construit un nouveau modèle qui tient compte des défauts de la Jidé : la Scora
(Société CORrézienne d'Automobile). 8 Scora seront fabriquées dans cet atelier. Puis, il s'associe à Carcreff, en région parisienne, pour améliorer son modèle qui sera fabriqué cette fois-ci à 23 exemplaires. Enfin, il ouvre un atelier avec son fils, à Mougins. En tout, entre 30 et 40 Scora auront été construites, dont une vingtaine en état consacrées à la course.

L’AMD : En 1991, Durand et son fils Michel réalisent une version modernisée de la Scora avec une suspension à basculeurs. Son nom, l(‘AMD (Automobile Michel
Durand). Ce projet ne verra jamais le jour.

Jacques Durand est décédé le 16 Août 2009 à Mougins.

Le livre qui lui est consacré « Les créations automobiles de Jacques Durand », paru en 2006 et préfacé par Jacques Durand lui-même et Jean Ragnotti, est épuisé, mais
une trentaine d’exemplaires seront disponibles dans la librairie du circuit pendant la manifestation et pourront être dédicacés par l‘auteur, Jean-Louis Fournier, ou
Michel Durand, fils du constructeur.






Contact presse : Marie-Noëlle Bas

Tél : 01 49 26 93 85 / courriel :parole.cie@wanadoo.fr